21 Crypto Exchanges au Japon sont maintenant approuvées

L’Agence des Services Financiers du Japon a terminé son processus d’approbation des exchanges du pays. Cela signifie qu’il y a à ce jour un total de 21 exchanges de crypto régulées au Japon.

More crypto exchanges in Japan have been licensed

Golden Bitcoin and flag of Japan” (CC BY 2.0) par wuestenigel

Pourquoi était-ce nécessaire ?

Il y avait un certain nombre d’exchanges opérant dans ce pays asiatique avant que les nouvelles règlementations n’entrent en vigueur avec les lois sur les fonds de règlements et l’acte des services de paiements de may 2017. Ces lois ont rendu les crypto-monnaies telles que Bitcoin légales mais ont également forcé les exchanges à obtenir une licence.

Les exchanges existantes ont ensuite été classées comme des exchanges présumées de crypto-monnaie. Depuis, les autorités japonaises ont été occupées à les approuver selon la nouvelle législation. Dans l’entre deux, on leur a permis de continuer leur business dans l’attente de cette approbation.

Toutes les exchanges de crypto au Japon n’ont pas reçues de licences en fonction de ces règles. Par exemple, on sait qu’en 2018 la FSHO a été forcée d’arrêter ses opérations dans le pays.

 La dernière exchange présumée

La dernière exchange qui opérait avant l’introduction de la règlementation a désormais obtenu le feu vert. Il s’agit de Lastroots basé à Tokyo. Elle a obtenu la 21ème licence FSA.

Lastroots a vu le jour en mars 2017, juste avant que les nouvelles règles sur la crypto ne soient mises en place. L’exchange a demandé l’obtention d’une licence plus tard durant la même année mais a du attendre jusqu’à maintenant pour obtenir une approbation. Cette entreprise emploie près de 50 travailleurs et opère l’exchange de crypto Coban au Japon.

D’autres exchanges légales dans ce pays incluent bitFlyer, Bitbank, Huobi Japan et Tech Bureau.

Comment cela affectera les crypto utilisateurs japonais ?

Quiconque souhaitant utiliser les crypto-monnaies au Japon peut le faire sereinement sachant que le système est complètement régulé. Cela fait du Japon un des rares pays possédant un cadre légal clair qui inclue aussi des exchanges pleinement licenciées.

Naturellement, cela signifie que les consommateurs japonais peuvent se sentir beaucoup plus à l’aise quant à l’utilisation de Bitcoin et d’autres monnaies digitales. Alors que la Chine fait marche arrière sur les crypto-monnaies et que l’Afrique du Sud est ouvertement prête à faire la même chose, le Japon est un des pays les plus ouverts sur les crypto-monnaies.

On estime qu’environ 10 000 business au Japon acceptent les paiements en Bitcoin, y compris des détaillants électroniques et des compagnies aériennes. On entend aussi parler du groupe financier Mitsubishi UFJ, la 8ème plus grosse banque mondiale et numéro 1 au Japon, qui est en passe de créer son stablecoin appelé MUFG coin.

Avec un plus haut degré de clarté concernant les conditions dans lesquelles les exchanges de crypto japonaises peuvent être utilisées, il est probable que l’on voit encore plus de personnes utiliser les monnaies digitales dans le pays. L’approche japonaise vis-à-vis de la règlementation offre également un cadre à suivre pour les autres pays s’ils souhaitent légaliser les crypto-monnaies en douceur.