Aéroport Italie : Un employé arrêté pour y avoir créé une ferme de minage

Le technicien informatique a installé des logiciels malveillants sur les serveurs de l’aéroport afin de miner des jetons Ethereum

Aéroport international de Lamezia Terme
La police a déclaré que les actions du mineur avaient mis en danger la sécurité informatique de l’aéroport

Un employé de l’aéroport international de Lamezia Terme en Calabre a été découvert en train de miner illégalement des Ethereum en utilisant les ordinateurs de l’aéroport selon un rapport de Rai News.

Cet homme de 41 ans, dont le nom n’a pas encore été divulgué, était un technicien chargé de l’infrastructure informatique de l’aéroport ayant installé des logiciels malveillants afin de pouvoir utiliser les serveurs pour des activités de minage.

Il a exploité les installations de Sacal, la société chargée de gérer les aéroports calabrais, afin de se procurer des Ethereum via minage sans avoir à supporter les coûts d’alimentation des équipements 24 heures sur 24.

D’autres techniciens de Sacal ont été alertés des activités du mineur par des anomalies dans le réseau et ont averti la police. Selon la police postale de Reggio de Calabre et de Catanzaro, les actions du technicien malhonnête ont mis en danger la sécurité de l’infrastructure informatique de l’aéroport.

Le ministère public de Lamezia Terme a coordonné une enquête qui a consisté à analyser les adresses IP pour identifier le mining pool Ethereum. En examinant le centre informatique de l’aéroport, les enquêteurs collaborant avec les autorités aéroportuaires ont découvert la présence d’une ferme de minage couvrant deux salles techniques différentes.

La ferme comprenait 5 puissants processeurs électroniques, ou plateformes de minage, connectés à Internet via les systèmes informatiques de l’aéroport et alimentés par le réseau électrique de ce dernier.

Les enquêteurs ont surveillé le site du pool Ethermine et ont identifié le coupable grâce à l’utilisation de caméras de télévision en circuit fermé installées dans les salles techniques. Cependant, les autorités continuent à rechercher d’éventuels complices.

Ce n’est pas le premier crime de ce genre dans le domaine du minage de crypto-monnaies. En juin de cette année, les autorités russes locales ont signalé qu’un habitant du Daghestan avait construit une ferme minière dans une base de construction. Il a miné des Litecoins (LTC) et des Bitcoins (BTC) en se connectant illégalement à la ligne électrique, causant plus de 34 millions de roubles (423 000 $) de dommages au réseau électrique.

Par ailleurs, il y a moins de deux mois, le Sydney Morning Herald rapportait qu’un employé du gouvernement fédéral australien avait été condamné pour avoir utilisé les super-ordinateurs de son lieu de travail pour miner des Ethereum (ETH) et des Monero (XMR), ce qui a coûté à ses employeurs plus de 76 000 AUD (53 000 $) en puissance informatique et autres ressources.

Cependant, étant donné la rentabilité des crypto-monnaies, il n’est peut-être pas surprenant que les activités de minage illégales aient augmenté ces derniers temps.

Traduit par Carolane de Palmas