Corée du Sud : L’autorité de régulation va interdire les jetons anonymes des crypto-bourses

Les crypto-bourses locales ne seront plus autorisées à proposer de jetons de la vie privée à partir de mars 2021

Vue aérienne de Séoul, Corée du Sud
La Corée du Sud travaille à la simplification de sa réglementation pour l’industrie des crypto-monnaies

La Commission des services financiers de Corée du Sud (FSC) a annoncé hier que les fournisseurs d’actifs virtuels situés dans le pays ne seront plus autorisés à manipuler des actifs numériques présentant un risque élevé de blanchiment d’argent.

Ces mises à jour ont été publiées dans le cadre des lignes directrices de la loi spéciale sur les paiements, un règlement qui se concentre sur la légalité des crypto-monnaies en Corée du Sud.

La cellule de renseignement financier (CRF) a notamment évoqué les « jetons sombres », qui sont des crypto-monnaies axées sur la protection de la vie privée et dont les enregistrements de transactions rendent difficile leur traçabilité par la CRF comme le Zcash (ZEC), le Monero (XMR) et le Dash (DASH).

Les modifications apportées par le gendarme financier à la loi sur les paiements spéciaux devraient être appliquées dès mars 2021. La crypto-bourse demande que les bourses du pays commencent à appliquer des politiques suffisantes de connaissance du client (KYC) et de lutte contre le blanchiment d’argent (AML). Elles sont également tenus de déclarer leurs opérations dans les 6 mois suivant la mise en œuvre de la loi.

Hormis le fait qu’ils ne manipulent pas les jetons, les fournisseurs de services d’actifs virtuels doivent confirmer les noms réels de leurs clients en les authentifiant par rapport à des données personnelles, telles que les numéros d’identité nationaux.

De nombreuses crypto-bourses basées en Corée du Sud ne répertorient pas les jetons de protection de la vie privée en raison de la réglementation internationale en vigueur. En septembre 2019, la branche sud-coréenne d’OKEx a supprimé les ZEC, XMR, Dash, Horizen (ZEN) et Super Bitcoin (SBTC), en raison des directives établies par le Groupe d’action financière (GAFI).

Upbit, une crypto-bourse locale, a annoncé le même mois qu’elle cesserait de fournir un support de trading pour les 3 crypto-monnaies appartenant à ce groupe : ZEC, XMR et DASH

Le mois dernier, les commentaires sur Internet se sont déchaînés sur la question de savoir quelle entité devrait prendre la responsabilité de contrer les pirates informatiques nord-coréens qui ciblent les crypto-monnaies sud-coréennes.

La FCS a répondu à une demande écrite de la commission des affaires politiques de l’Assemblée Nationale le 23 octobre, déclarant qu’elle n’était pas responsable des crypto-monnaies volées lors des attaques de pirates informatiques commandités par le régime de Kim Jong-Un.

Le gendarme financier a déclaré que les crypto-bourses ne relèvent pas de leur juridiction et a transmis la responsabilité au ministère des affaires étrangères et à la Commission coréenne des communications (KCC).

Le secrétaire du parti d’opposition de la commission des affaires politiques de l’Assemblée Nationale, le représentant Seong Il-Jong, a rappelé à la FSC qu’« avec l’adoption du projet de loi révisé sur les crypto-monnaies en Corée du Sud, toutes les questions liées aux crypto-monnaies sont devenues la tâche de la Commission des services financiers ».

Traduit par Carolane de Palmas