Craig Wright « dénoncé » par un portefeuille qu’il prétend posséder

Le message public est un autre coup dur pour la crédibilité du techno-entrepreneur. Wright est actuellement en plein procès avec le frère de son ancien partenaire, Ira Kleiman.

Un homme derrière un masque ?
La revendication de Wright sur le pseudonyme de Satoshi Nakamoto a été remise en question.

Craig Wright, un techno-entrepreneur australien, qui a largement revendiqué être le mystérieux créateur de Bitcoin, Satoshi Nakamoto, a été publiquement dénoncé par les comptes et portefeuilles qu’il prétend posséder.

Une liste d’adresses de Bitcoin que Wright avait présentée comme étant ses avoirs dans une affaire judiciaire en cours a été rendue publique « par inadvertance » par les plaignants le 21 mai dernier. Bien qu’elle n’ait été accessible que pendant une brève période, 145 de ces adresses ont ensuite été utilisées pour signer un message public accusant Wright d’être une « fraude » et faisant apparaître qu’il ne les possède ou ne les contrôle pas réellement.

L’affaire a été lancée par Ira Kleiman, frère de David Kleiman, ancien partenaire commercial de Wright, et vise à obtenir la moitié des 1,1 million de Bitcoins (d’une valeur approximative de 9,6 milliards de dollars) que les partenaires aurait minés lors des débuts du Bitcoin. L’affaire porte également sur la propriété intellectuelle et dépend de la capacité de Wright à prouver qu’il détient les clés des crypto-monnaies en question.

Bien que la liste ait été rapidement refermée par l’équipe juridique de Kleiman, elle est toujours accessible sur Court Listener et a permis à une autre personne de revendiquer les adresses dont elle détient les clés. L’individu a signé un message avec ses clés qui accusait également Wright d’être un « menteur » et une « fraude ».

« Craig Steven Wright est un menteur et un fraudeur. Il n’a pas les clés utilisées pour signer ce message. Le Lightning Network est une réalisation importante. Cependant, nous devons continuer à travailler sur l’amélioration de la capacité on-chain. Malheureusement, la solution n’est pas de simplement changer une constante dans le code ou de permettre à des participants puissants d’en expulser d’autres. Nous sommes tous des Satoshi » peut-on lire dans le message.

Le message a été commenté pour la première fois par l’audience de Reddit, qui a affirmé que les adresses étaient celles de Bitcoins minés en 2009 qui étaient restés intouchés depuis.

Wright avait déclaré au tribunal que les milliards de dollars qu’il détenait en Bitcoins étaient conservés dans des « Tulip Trusts », mais qu’il ne pouvait pas prouver qu’il avait le contrôle des clés en raison du secret professionnel. Le juge a accusé Wright d’« abuser » de ce privilège client-avocat pour retenir plus de 11 000 documents et empêcher les poursuites.

En août 2019, il a également été jugé que Wright avait plaidé de mauvaise foi, admis de fausses preuves et s’était parjuré.

Traduit par Carolane de Palmas

FOREX.com
LonghornFX
CEX.IO
Marge de négociation
Conformité légale
jalonnement crypto-monnaie
Commencez à trader