Actualités

Crypto-monnaies en Afrique: le Burundi Bannie les Monnaies Digitales

0 Commentaires

Il y a eu beaucoup de discussions autour des crypto-monnaies en Afrique récemment. Est -ce que Bitcoin (BTC), Ethereum (ETH) et d’autres tokens digitaux sont le futur des transactions financières sur le continent ?

Le gouvernement du Burundi ne semble pas penser ainsi et vient de rendre les crypto-monnaies illégales. Dans l’ensemble, il semble que les Bitcoin et compagnie doivent faire face à un futur incertain en Afrique.

The future of cryptocurrencies in Africa

Image courtoisie de Shutterstock

La situation au Burundi

De récents rapports provenant de la République du Burundi indiquent que le pays au centre-est de l’Afrique a désormais banni l’usage de toutes monnaies digitales, Bitcoin inclus.

La prohibition vient suite à des craintes au sujet de la sécurité du trading avec des monnaies digitales. Il a été dit que le gouvernement au Burundi a pris des actions après avoir été alerté du fait que certains citoyens avaient perdu de l’argent dans le trading crypto.

Alfred Nyobewumusi est directeur dans le département de micro-finance de la banque centrale du pays. Il a indiqué de ses mots que des “mesures importantes” seront prises contre quiconque ne respecterait pas la décision prise à ce sujet.

Crypto-monnaies en Afrique: Autres pays

La clipart des pays africains n’ont aucune règles officielles concernant la légalité du Bitcoin et des autres monnaies virtuelles. Pendant ce temps, il y a un nombre croissant d’exchanges fonctionnant sur le continent Des ICO centrée sur l’Afrique telles que Golix et Wala ont également mieux faire connaître la façon dont la blockchain pouvait être utilisée là-bas.

Bien entendu, les monnaies digitales sont particulièrement utiles dans des endroits avec des taux d’inflation très élevés. Ce n’est pas une surprise de voir des pays tels que le Zimbabwe, le Kenya ou l’Afrique du Sud, adopter en masse le Bitcoin. Le facteur commun qu’ont ces pays est des périodes d’inflation rapides et des économies rencontrant des problèmes avec leurs monnaies fiduciaires. De fait, le crypto apparaît bien comme un lieu sûr pour beaucoup.

Un autre pays ayant fait une déclaration récemment sur le sujet des crypto-monnaies en Afrique est l’Ouganda. Le pays a indiqué plus tôt cette année que les coins digitaux tels que Bitcoin et Tether ne sont pas légaux et ne seront pas reconnus. Le sous-gouverneur de la banque d’Ouganda – Louis Kasekende – a émis un avertissement. Il a indiqué que les personnes qui achètent des monnaies non régulées ont une protection limitée. Kasekende signale que les autorités sont capables de monitoire les services financiers régulés de manière plus efficace.

Que réserve le futur ?

Il a été suggéré que les tokens tels que Bitcoin pouvaient aider à accroître l’inclusion financière de l’Afrique. Ils pourraient être utilisés par des personnes qui n’ont pas accès aux facilités bancaires traditionnelles. Par exemple, au Burundi, on estime que seulement 7% de la population possède des comptes bancaires. Certaines estimations sont encore plus basses. Dans l’ensemble, deux tiers des Sub-Sahariens n’ont pas de facilités bancaires, selon la Banque Mondiale.

Peut être que certains pays d’Afrique suivront l’Amérique latine avec le lancement de leurs propres crypto-monnaies, tels que le Vénézuela et l’Equateur. Il est encourageant de voir que les nations Africaines comme le Sénégal et la Tunisie sont considérés parmi les pionniers dans le déploiement de crypto-monnaies d’Etat. Il y a même eu des discussion pour une ville alimentée par du crypto au Sénégal.

Certes, les potentiels bénéfices des crypto-monnaies pour les personnes sans comptes en Afrique paraît trop bon pour être négligé plus longtemps.

Investir est spéculatif. Lorsque vous investissez votre capital est à risque. Ce site n’est pas destiné à être utilisé dans les juridictions dans lesquelles les opérations ou les investissements décrits sont interdits et ne devraient être utilisés que par des personnes et selon les méthodes légalement autorisées. Votre investissement peut ne pas bénéficier de la protection des investisseurs dans votre pays ou dans votre pays de résidence. Veuillez effectuer votre propre vérification préalable. Ce site Web est gratuit pour vous, mais nous pouvons recevoir des commissions des sociétés que nous présentons sur ce site. Cliquez ici pour plus d’informations.