Cuba: Le Bitcoin utilisé pour contourner les sanctions de l’embargo

Un réseau complexe et étendu d’adeptes de crypto-monnaies facilite les transferts de fonds des États-Unis vers Cuba

Vue aérienne d'un coucher de soleil à La Havane, Cuba
Cuba est confrontée à l’embargo commercial imposé par les États-Unis depuis février 1962

Il semble que les Cubains aient trouvé des solutions modernes dans leurs tentatives de contourner les sanctions de l’embargo imposées par le gouvernement américain en 1962. Un rapport, publié le 26 octobre par l’agence de presse cubaine AFP, a révélé que les envois de fonds des États-Unis vers Cuba passent souvent par un réseau clandestin complexe d’amateurs de crypto-monnaies avant d’être convertis en pesos cubains.

Un programmeur de 33 ans, Erich Garcia, a déclaré à l’AFP que les personnes qui prévoient d’envoyer des fonds au pays doivent acheter des Bitcoins et les envoyer via une crypto-bourse cubaine appelée BitRemesas.

« Nous n’avons pas accès aux plateformes de paiement ou à Stripe, ni à Visa, MasterCard, Paypal ou encore Union Pay – nous n’avons accès à rien, à aucune de ces ressources. Quelle technologie nous a permis de rêver et d’entrevoir d’autres scénarios ? La blockchain et le Bitcoin » a expliqué Garcia.

Les utilisateurs des crypto-monnaies qui sont sur l’île vont alors faire des offres pour proposer aux destinataires le meilleur prix pour leurs jetons sur WhatsApp ou Telegram. Un intermédiaire du réseau recevra, en moyenne, une commission de 25 % pour son implication à faciliter cette opération risquée et juridiquement douteuse.

Une fois qu’un accord est conclu entre les deux parties, celles-ci fixent une date et une heure pour finaliser le trade. Les entités qui tradent des pesos cubains pour des Bitcoins font souvent de longs et intenses trajets à vélo dans la chaleur des Caraïbes juste pour finaliser ces transactions.

Bien que le groupe semble être une structure informelle et auto-organisée, des milliers de personnes semblent également utiliser leurs services.

Alors que la crypto-monnaie est une industrie florissante dans l’île des Caraïbes, il semble que les Cubains qui utilisent le Bitcoin sur l’île soient obligés de le faire en secret. Cela est dû aux fortes restrictions imposées par le gouvernement.

« Des milliers de Cubains achètent des cartes chez Bitrefill pour consommer ces services numériques en payant avec des crypto-monnaies. Il n’y a pas d’autre moyen » a déclaré Cruz.

Bien qu’il ne soit pas possible de dire combien de personnes à Cuba ont déjà commencé à utiliser le Bitcoin, une expatriée cubaine basée au Brésil, Claudia Rodriguez, a déclaré que sa crypto-bourse avait servi près de 7 000 comptes d’utilisateurs cubains en novembre 2019. Cependant, à partir d’août 2020, elle a dû arrêter les opérations de l’échange pour des raisons légales. L’une de ces raisons était le manque de clarté réglementaire de la banque centrale de Cuba.

« En raison de la crise économique provoquée par la pandémie et les nouvelles restrictions à Cuba, les crypto-monnaies peuvent être une solution efficace. Il est dommage que nous ne puissions pas continuer à soutenir la communauté en ce moment » a déploré Rodriguez.

Traduit par Carolane de Palmas