Des Législations Qui Partent En Morceau

Nouveau fiasco sur le dark web alors que des contrevenants ont été accusé de vendre de la drogue en échange de crypto-monnaie. Bitcoin et Bitcoin Cash sont les crypto-monnaies choisies dans ce cas précis.

Jabari et Saudia Mohsen distribuaient de la cocaïne, de la cocaïne base, méthamphétamine et de la marijuana au travers de leurs comptes sur la plateforme de commerce Dream Market. Cela aurait prétendument duré plus d’un an, et les Mohsen ont désormais enclenché leur négociation de plaidoyer qui entraînera la perte de la plupart de leurs recettes crypto.

Il y a eu beaucoup d’autres cas dans le genre ces dernières années, lié au fait que le dark web et la crypto-monnaie se sont entrecroisés dès le départ. Le relatif anonymat qu’offre la crypto-monnaie rend le commerce sur le dark web possible, et le dark web est le canal grâce auquel les consommateurs se retrouvent.

Crypto vs. Cash

Mais qu’est-ce qui rend la crypto-monnaie bien plus anonyme qu’un gros paquet de billets ? Les deux sont difficiles à traquer, relativement anonymes, et acceptés en tant que monnaie légale. La principale divergence se retrouve dans le fait que l’argent liquide manque de par sa nature de traçabilité physique, ce qui n’est pas le cas du crypto.

Il existe une grande diversité de monnaies digitales qui sont développées par des pays qui souhaitent récolter les bénéfices d’une monnaie digitale sans perdre le contrôle sur le Bitcoin. Cependant, ce qui manque à ces coins en matière de développement est que pour beaucoup de gens, une monnaie digitale de ce type est en fait un rétropédalage comparé à l’argent liquide.

Avec une monnaie digitale qui n’est pas cryptographiquement active, il est quasiment impossible d’occulter l’usage de ces fonds. L’argent liquide est résistante à la censure, et le crypto est résistant à la censure. Un coin inventé par un gouvernement n’aurait pas cet avantage et engendrerait tout un tas de préoccupations en ce qui concerne ce pour quoi une personne pourrait ou non avoir des problèmes selon l’usage qui en est fait.

Les problèmes de Kik avec la SEC

Tout arrive au même moment alors que Kik conteste avoir enfreint les lois sur les valeurs mobilières selon des allégations de la SEC (l’autorité des marchés financiers américains). Kik assure que la SEC déforme les faits afin de pousser l’idée que son ICO (levée de fonds en crypto) de 100 millions de dollars n’a pas été exécutée selon les règles. En leurs termes :

“Le résultat est une plainte qui déforme grandement la totalité des faits et les circonstances qui ont amenées la vente de Kik à Kin en 2017. Ces tactiques ont offert à la Commission un cycle d’information décent, mais ils ne résisteront pas à une audition devant un jury sommaire ou procès.” 

En ce moment, la SEC est un foyer de controverses alors qu’elle lance toute une série de nouvelles lois autour du crypto, commence à lancer des poursuites sur des erreurs passées, et fait son maximum pour nettoyer le secteur. Leur bataille avec Kik devrait être intéressante à suivre, puisque l’entreprise a promis de défendre au procès son offre concernant Kin, et paraît être à la hauteur de la tâche.

Coinbase Dans La Tourmente

Enfin, Coinbase doit maintenant faire face à un procès pour négligence pour la gestion de sa première quotation de BCH sur le marché. D’autres procès pour fraude ou concurrence déloyale ont été rejetées sans réserves, mais selon les dernières nouvelles, le juge a statué sur le fait qu’ils auraient à faire face à ces dernières accusations.

Le point sensible dans cette affaire est le fait que Coinbase n’a pas mis en place des normes raisonnables alors que ses utilisateurs achetaient du Bitcoin Cash pour la première fois, ce qui a engendré des pertes importantes pour les membres. Désormais ils devront le prouver devant une cour de justice.