Etihad Airways: Un ancien membre risque une peine de prison pour défaut de paiement d’un prêt de 100 000 $ souscrit pour investir dans les cryptos

Un ancien agent de bord d’Etihad Airways risque aujourd’hui une peine de prison parce qu’il n’a plus les moyens de rembourser son prêt après avoir été licencié

Etihad
Le ressortissant français pourrait encourir jusqu’à trois ans de prison pour défaut de remboursement de sa dette

Un ancien membre du personnel de cabine d’Etihad Airways est envoyé en prison pour ne pas avoir remboursé un prêt qu’il avait pris pour investir dans les Bitcoins au plus fort de l’engouement pour les crypto-monnaies en 2017.

Ayant récemment perdu son emploi lors d’une vague de licenciements provoquée par le COVID-19, le ressortissant français anonyme a révélé qu’il est envoyé en prison parce qu’il n’a plus les moyens de rembourser un prêt de 338 000 AED (100 000 $) qu’il avait utilisé pour investir dans les Bitcoins en 2017.

Le ressortissant français, qui a 34 ans, dit qu’il devrait rembourser 3 320 $ chaque mois jusqu’à la fin de 2021 pour rembourser son prêt.

L’ancien membre de l’équipage de cabine d’Etihad Airways est dans une situation grave car le non remboursement d’une dette est un délit pénal aux Émirats Arabes Unis (EAU) et les débiteurs peuvent être envoyés en prison pour une durée allant jusqu’à trois ans.

Detained in Dubai, une organisation caritative britannique qui fournit une assistance dans les affaires pénales dans l’ensemble des EAU affirme avoir été témoins d’une répression des banques en matière pénale dans le cadre de l’application de la loi.

Dans le passé, les résidents expatriés ont pu partir dans leur pays d’origine pour renégocier leurs dettes en toute sécurité. Cependant, Radha Stirling, le directeur général de Detained in Dubai, dit qu’il y a eu une « augmentation du nombre de menaces d’Interpol » pour les débiteurs expatriés qui choisissent de rentrer chez eux pour éviter les prêts impayés.

« Utiliser Interpol pour détenir et extrader des débiteurs vers les EAU n’est pas légal, mais les banques des EAU savent que la plupart des victimes ne savent pas comment combattre « la notice rouge » (Red Notices) ou l’éviter complètement. En fait, le premier moment où de nombreux anciens expatriés apprennent l’existence des notices rouges est lorsqu’ils sont détenus dans un aéroport » a expliqué Stirling.

L’histoire de l’agent de bord d’Etihad, qui a choisi de rester anonyme, a commencé fin 2017 lorsqu’il a contracté un prêt massif auprès de l’Emirates Islamic Bank pour faire son premier investissement dans les Bitcoins. Pendant cette période, la crypto-monnaie a atteint un niveau record. Cependant, en moins d’un an, il affirme avoir perdu 85 % sur son investissement initial.

En 2019, la nouvelle a révélé que des centaines de membres du personnel de cabine d’Emirates avaient potentiellement perdu des centaines de milliers de dollars dans une arnaque d’investissement de type Ponzi. On aurait promis aux investisseurs que s’ils investissaient plus de 100 000 $, ils obtiendraient un retour sur investissement de 5 % à 20 %.

La pandémie du coronavirus a entraîné d’importants licenciements au sein d’Etihad Airways.

Traduit par Carolane de Palmas

FOREX.com
LonghornFX
CEX.IO
Marge de négociation
Conformité légale
jalonnement crypto-monnaie
Commencez à trader