Actualités

Islande : le Bitcoin consomme plus d’énergie que 330 000 habitants

0 Commentaire

Le Bitcoin n’en finit plus de défrayer la chronique, et c’est cette fois en raison de sa facture énergétique. En raison de son climat très froid, de ses faibles coûts d’énergie et de son réseau internet développé, l’Islande est devenue LE pays du minage de Bitcoin.  L’activité y est en plein essor, à tel point qu’il devient problématique d’alimenter de nouvelles entreprises en électricité. En 2018 l’Islande devrait consommer davantage d’énergie pour le minage de la monnaie virtuelle que pour ses propres habitants. Le pays peut-il soutenir une telle production ?

Le minage de Bitcoins, une activité gourmande en énergie

Essentielle à l’existence même du Bitcoin, le minage nécessite des machines puissantes afin de valider les transactions. L’activité est par nature génératrice de revenus avec la création de nouveaux Bitcoins.

Mais le minage ne peut être rentable qu’à deux conditions: il faut disposer de machines très puissantes et bénéficier de ressources énergétiques bon marché. Les énergies renouvelables fournissant 70% de l’électricité du pays, les spécialistes du minage de Bitcoins voient l’Islande comme une bonne occasion de “verdir”leur activité tout en augmentant leurs bénéfices.

bitcoin islande

L’Islande est le pays abritant le plus de fermes de minage

En 2017 l’Islande est devenue une Terre Promise pour les sociétés de minage de crypto-monnaies et en particulier celles spécialisées dans le Bitcoin.

Grâce à son climat très froid permettant de refroidi naturellement sans construire de climatisations, à son énergie bon marché issue du renouvelables et à ses connexions internet rapides avec la fibre optique, le pays est vu comme une aubaine financière. C’est d’ailleurs le premier pays au monde en terme de nombre de fermes de minage.

Le Bitcoin y consomme plus d’énergie que les habitants

À en croire le fournisseur d’énergie islandais HS Orka, l’activité de minage de crypto-monnaies devrait consommer 840 gigawatts/heure d’électricité en 2018, soit beaucoup plus que les 330 000 habitants de l’île qui ne consomment que 700 gigawatts/heure !

Les fermes de minage y tournent 24/7, 365 jours par an. Le problème, c’est qu’à ce rythme les énergies renouvelables ne seront pas suffisantes pour soutenir la consommation globale.

Pour l’Islande, la valeur ajoutée est proche de zéro

Le minage des crypto-monnaies est une activité qui ne requiert aucun employé, et nécessite très peu de capital. Ainsi les taxes sont presque inexistantes, et pour l’Islande la valeur ajoutée est proche de zéro.

Face à ce manque à gagner, les membres du gouvernement islandais envisagent de mettre en place une taxe dans le secteur du minage de Bitcoins. Afin de réduire la facture énergétique du pays, ils proposent également de lancer le “Bitcoin vert” grâce à la géothermie.

Le Bitcoin consomme 0,13% de l’utilisation totale d’énergie dans le monde

D’après une étude de la plateforme Digiconomist, la consommation d’énergie allouée au Bitcoin représente 0,13% de l’énergie consommée à travers le monde. Cette consommation serait même supérieure à celle de nombreux pays en voie de développement ! Tout cela a un coût: 1,5 milliards de dollars par an. Alors que l’activité liée au Bitcoin génère des revenus de 7,2 milliards de dollars par an, sa rentabilité semble évidente.

 

Noter cet avis

Ajoutez un commentaire

Investir est spéculatif. Lorsque vous investissez votre capital est à risque. Ce site n’est pas destiné à être utilisé dans les juridictions dans lesquelles les opérations ou les investissements décrits sont interdits et ne devraient être utilisés que par des personnes et selon les méthodes légalement autorisées. Votre investissement peut ne pas bénéficier de la protection des investisseurs dans votre pays ou dans votre pays de résidence. Veuillez effectuer votre propre vérification préalable. Ce site Web est gratuit pour vous, mais nous pouvons recevoir des commissions des sociétés que nous présentons sur ce site. Cliquez ici pour plus d’informations.