Actualités

Google ridiculise les cryptos

0 Commentaire

Google n’est pas une entreprise réputée pour être enthousiaste face au Bitcoin (BTC) et aux différents types de cryptomonnaies de manière générale. Cela dit, la société américaine de la Silicon Valley vient tout juste de diffuser une publicité ridiculisant les devises digitales.

Dulcé Sloan et Ronny Chieng ont participé à une publicité de Google critiquant les cryptomonnaies.

Une scène mettant en vedette deux stars de la télé américaine

Cette publicité met en scène Dulcé Sloan et Ronny Chieng, deux comédiens connus du grand public américain pour leur participation au Daily Show. Ne ménageant pas les moyens, la société californienne a embauché ces deux vedettes pour faire la promotion des nouvelles fonctions de l’assistant Google. Sloan et Chieng incarnent les rôles de deux employés de Google présentant les améliorations du produit à la caméra.

Dans cette mise en scène, un arnaqueur tente d’abord de piéger Ronny en se faisant passer pour un prince pouvant le rendre riche, mais l’assistant Google démasque l’imposteur et évite à celui-ci d’être pris au piège. Ensuite, l’outil avise Ronny que les coûts reliés à la consommation d’électricité sont beaucoup plus importants qu’à l’habitude. Ronny explique alors que le minage des cryptomonnaies, processus semblable au minage de Bitcoin, requiert une très grande consommation d’électricité.

D’un air étonné, Dulcé répond à Ronny que les cryptomonnaies ne sont pas réelles. Ronny rétorque que cette affirmation est vraie pour toute forme de monnaie, y compris la monnaie papier. La publicité prend fin avec cette question lancée par Dulcé : « Tu veux vivre dans ce mensonge ? »

Ainsi, non seulement Google insinue dans cette publicité que le minage de coins est une activité très coûteuse, mais également que les monnaies virtuelles n’ont aucune valeur, et ce, contrairement aux devises traditionnelles.

Google semble une fois de plus réfractaire aux devises cryptographiques.

La réaction de la communauté des monnaies cryptographiques

Nous ne vous surprendrons pas en vous apprenant que cette publicité a suscité bien du mécontentement parmi la communauté des devises digitales. Certains individus ont suggéré que Google voyait d’un mauvais œil la révolution des cryptodevises, lesquelles menacent les grandes sociétés du secteur des technologies. À cet effet, ceux-ci ont soutenu que les tokens virtuels représentent le changement et la démocratisation de la finance, alors que les entreprises comme Google incarnent plutôt le status quo.

Par ailleurs, ce n’est pas la première fois que Google décide de s’en prendre ouvertement aux cryptomonnaies. En effet, nous vous rappelons que le géant du Web avait annoncé en mars dernier son intention d’interdire aux sociétés opérant dans le secteur des cryptos de faire appel à son service de mots-clés, limitant ainsi la possibilité d’acheter du Bitcoin (BTC), d’acheter de l’Ethereum (ETH), d’acheter du Litecoin (LTC), et d’acheter du Ripple (XRP).

Toutefois, le 25 septembre dernier, Google avait donné le feu vert aux cryptomonnaies et décidé de lever l’interdiction au Japon et aux États-Unis, et ce, dès octobre 2018. Cette décision pouvait porter à croire que la société allait, à l’avenir, modifier son approche face aux cryptodevises. Or, cette nouvelle action laisse plutôt entendre que Google n’a pas tout à fait encore accueilli favorablement la révolution des devises virtuelles.

Google ridiculise les cryptos
5 (1 vote)

Ajoutez un commentaire

Investir est spéculatif. Lorsque vous investissez votre capital est à risque. Ce site n’est pas destiné à être utilisé dans les juridictions dans lesquelles les opérations ou les investissements décrits sont interdits et ne devraient être utilisés que par des personnes et selon les méthodes légalement autorisées. Votre investissement peut ne pas bénéficier de la protection des investisseurs dans votre pays ou dans votre pays de résidence. Veuillez effectuer votre propre vérification préalable. Ce site Web est gratuit pour vous, mais nous pouvons recevoir des commissions des sociétés que nous présentons sur ce site. Cliquez ici pour plus d’informations.