Il est possible d’acheter une canette de Coca-Cola avec des Bitcoins en Australie et en Nouvelle-Zélande

Les distributeurs automatiques équipés de scanners de codes QR accepteront désormais les paiements en crypto-monnaies. Il suffit aux consommateurs de les scanner avec l’appareil photo de leur téléphone.

Distributeur de Coca-Cola
Les distributeurs automatiques de Coca-Cola Amatil acceptent désormais les Bitcoins et autres crypto-monnaies.

Coca-Cola Amatil (CCA), l’un des plus grands embouteilleurs de boissons non alcoolisées de la région Asie-Pacifique, permet désormais aux consommateurs d’Australie et de Nouvelle-Zélande de payer en utilisant des crypto-monnaies. Cela fait suite à un nouvel accord signé entre le géant des boissons et Centrapay, une plateforme d’actifs numériques.

Avec l’application Sylo Smart Wallet, les consommateurs peuvent désormais se rendre dans n’importe lequel des 2 000 distributeurs automatiques d’Amatil et scanner la vignette de paiement du code QR. La machine acceptera alors les paiements effectués dans des crypto-monnaies ou d’autres actifs numériques.

CCA a expliqué qu’il avait développé l’infrastructure nécessaire pour accepter les portefeuilles mobiles il y a plusieurs années. L’application originale des codes QR était destinée aux clients d’Alipay et de WeChat Pay.

« Nous voulons nous assurer que les clients peuvent effectuer des transactions avec nous dans la devise de leur choix. L’acceptation des actifs numériques est donc la prochaine étape pour nous, car les actifs numériques deviennent de plus en plus populaires » a révélé un porte-parole de CCA.

Cette nouvelle option de paiement est considérée comme un avantage par beaucoup, car elle permet de réduire le besoin de toucher le distributeur automatique. Elle répond donc aux préoccupations d’hygiène qui ont été présentées lors de la pandémie COVID-19. En effet, les consommateurs n’ont besoin de toucher le distributeur qu’une seule fois pour effectuer leur achat.

Jerome Faury, PDG de Centrapay, a expliqué qu’ils cherchent aussi des moyens de garantir que les consommateurs aient plus de contrôle sur leurs propres données et leur identité.

« Chez Centrapay, nous nous efforçons de créer un avenir où les individus seront maîtres de leurs propres données et de leur identité numérique. Les marques peuvent établir un lien direct et éthique avec les gens, en leur donnant les moyens de prendre la bonne décision d’achat, tout en soutenant leurs partenaires de vente au détail et de distribution » a déclaré Faury.

Faury attribue les obstacles persistants à la lente adoption de la technologie du Web 3.0, de l’identité numérique et des crypto-actifs à la complexité de l’intégration et aux mauvaises expériences des utilisateurs. Il estime que l’entreprise a résolu ces deux problèmes.

« Centrapay est un pionnier dans la manière de rendre possible ce nouvel internet de valeur et d’apporter ses avantages tant aux consommateurs qu’aux commerçants. Et cela s’accompagne de l’avantage supplémentaire de réduire les contacts physiques et de répondre aux problèmes d’hygiène dont nous avons tous pris conscience avec le COVID-19 » a-t-il expliqué.

Bien que cette nouvelle technologie ne soit actuellement disponible qu’en Australie et en Nouvelle-Zélande, Centrapay cherche à étendre ses activités au niveau mondial en ciblant ensuite le marché américain.

« Maintenant que nous avons montré comment cela peut fonctionner en Australie et en Nouvelle-Zélande, nous cherchons à développer l’activité au niveau mondial. Nous avons établi une présence en Amérique du Nord et nous ciblerons ensuite le marché américain avec quelques innovations de premier plan » a partagé Faury.

Traduit par Carolane de Palmas

FOREX.com
LonghornFX
CEX.IO
Marge de négociation
Conformité légale
jalonnement crypto-monnaie
Commencez à trader