Israël Travaille Sur Des Programmes De Bitcoin Plus Amicaux

Israël est communément considéré comme étant en avance sur son temps en termes de technologies et d’innovation. Le pays est devenu un hub de promotion, et est désormais en train d’entreprendre des actions plus poussées afin de faire d’Israël un pays aussi amical que possible en ce qui concerne la blockchain.

Une division au sein du Ministère des Finances Israélien appelée “Autorité des Marchés Financiers, Assurance et Épargne” recherche des moyens de rendre plus accessible l’obtention de licences pour la fintech et les entreprises de la blockchain.

Le directeur du département a indiqué en 2018, “l’Autorité est engagée dans l’accréditation et la régulation des entreprises de fintech de façon régulière, dont les entreprises d’assurances en ligne, les plateformes de P2P et fournisseurs de crédits, portefeuilles digitaux, les entreprises basées sur la blockchain et autres fournisseurs de services de paiement.” Cela semble bien montrer que du temps serait consacré au sujet en avance par rapport aux autres pays.

Comme nous avons pu le voir aux États-Unis, un manque de clarté réglementaire peut provoquer la volatilité des prix et peut complexifier les plans futurs des entreprises. Le but pour Israël est de mettre au point un environnement plus compétitif en simplifiant le démarrage des entreprises.

Un rapport préliminaire a déjà montré qu’il y a des dizaines d’entreprises qui pourraient obtenir un permis de travail pour opérer en Israël sans causer trop d’interruption dans leurs pratiques commerciales.

Regarder Les Banques De Près

Tout survient au moment même où l’Association du Bitcoin Israélien reçoit beaucoup de publicité après avoir déposé une requête d’information concernant les politiques des banques locales. Les banques ont pour le moment des politiques très opaques en ce qui concerne la manière dont elles gèrent l’argent qui provient de monnaies digitales, et les investisseurs du Bitcoin aimeraient savoir quelles sont exactement ces politiques.

Le refus de transaction concernant les monnaies digitales est un problème que les utilisateurs ont rencontrés dans le monde entier, et il est grand temps que les banques commencent à être bousculées pour cela.

Le conseiller juridique du non-profit Bitcoin indique:

“Selon la Loi (d’Accréditation) Bancaire, il est de la responsabilité d’une banque d’indiquer à la Banque d’Israël la politique selon laquelle elle refuse de conduire des transactions. Nous avons donc contacté la Banque d’Israël et leur avons demandé des informations, mais la Banque d’Israël a refusé de nous divulguer cette politique. Nous avons donc décidé de porter une requête au tribunal afin de forcer la Banque d’Israël à nous fournir une copie de la politique qu’elle soumet aux banques.”

Des Politiques Restrictives

Curieusement, il semble que l’origine de ce mouvement est apparue par le fait que la banque Israélienne a refusé à l’Association du Bitcoin Israélien l’ouverture d’un compte bancaire. L’Association ne conduit en fait aucun commerce ou trading en Bitcoin, donc il semble que le simple nom était suffisant pour recevoir un refus.

Une autre affaire a fait sensation : celle où un investisseur en crypto-monnaie s’est vu refusé un service par la banque Israélienne à cause du fait qu’il a gagné de l’argent suite à des investissements en crypto-monnaie.

Il y a ici un argument libertaire et lié au concept de liberté d’expression. On trouve des investisseurs qui s’écrient que ceci est une violation de leurs droits et qu’ils devraient avoir la possibilité de dépenser leur argent là où ils le souhaitent. De manière assez comique, ces petites anecdotes ne font qu’embraser davantage le feu du Bitcoin et le rendre toujours plus attractif à l’achat.

 

FOREX.com
LonghornFX
CEX.IO
Marge de négociation
Conformité légale
jalonnement crypto-monnaie
Commencez à trader