JPMorgan lance son propre stablecoin

Cette semaine, le jeton JPM sera utilisé commercialement par un grand client du secteur technologique pour envoyer des paiements dans le monde entier

L'immeuble de bureaux JPMorgan Chase à New York
JPMorgan est l’un des principaux acteurs mondiaux dans le domaine des paiements transfrontaliers

Après des années de développement, la banque américaine JPMorgan a annoncé le lancement de son stablecoin et du protocole blockchain. Le directeur général (PDG) de la banque, Jamie Dimon, est connu pour avoir critiqué le Bitcoin par le passé et pour avoir adopté une position plutôt pessimiste et baissière sur le marché des crypto-monnaies.

Le responsable mondial des paiements de gros de la banque, Takis Georgakopoulos, a confirmé que le jeton JPM va être utilisé commercialement pour la première fois cette semaine par un gros client technologique pour faciliter l’envoi de paiements dans le monde entier.

La banque a également consacré toute une activité verticale à une nouvelle division de recherche sur la blockchain et les devises numériques appelée Onyx. Le groupe interbancaire qui testera et interagira sur le réseau Onyx a été rebaptisé « Liink ». Certains observateurs de la crypto-monnaie pensent que le nom du groupe établit quelques parallèles avec Chainlink, la septième plus grande crypto-monnaie du monde selon la capitalisation boursière.

« Nous lançons Onyx parce que nous pensons que nous passons à une période de commercialisation de ces technologies, passant de la recherche et du développement à quelque chose qui peut devenir une véritable entreprise » a déclaré Georgakopoulos.

JPMorgan est l’un des géants mondiaux des paiements transfrontaliers, et déplace environ 6 000 milliards de dollars par jour dans plus de 100 pays. Leur système actuel repose sur un internet complexe de banques correspondantes dans le monde entier et les paiements peuvent être rejetés en raison d’erreurs dans les informations sur les comptes ou d’autres problèmes.

Le réseau Onyx et les jetons JPM sont destinés à résoudre ces problèmes et à améliorer le processus, en mettant l’accent sur la résolution des problèmes liés aux paiements de gros.

Le PDG d’Onyx, Umar Farooq, a souligné comment les banques pourraient économiser des millions de dollars en facturant quelques centimes pour confirmer les données de chaque transaction, ce qui réduirait les coûts de correction des erreurs et créerait un modèle leur permettant de gagner de l’argent en participant au réseau.

JPMorgan étudie également la création de nouveaux rails de paiement séparés pour les banques centrales qui envisagent de développer leurs propres devises digitales. Georgakopoulos a cité en exemple la Chine et Singapour.

Le directeur d’Onyx a également expliqué que la banque attendait toujours le bon moment pour annoncer le développement.

« Si vous pensez à la blockchain, nous sommes soit quelque part dans le creux de la désillusion, soit juste au-delà sur la courbe de la mode. C’est pourquoi, chez JPMorgan, nous sommes restés relativement discrets sur ce sujet jusqu’à ce que nous soyons prêts à le mettre à l’échelle et à le commercialiser » a déclaré Farooq.

Traduit par Carolane de Palmas