La Banque de Russie maintient sa position négative sur les crypto-monnaies

La banque centrale de Russie reste ferme sur sa position : les achats de crypto-monnaies ne sont pas des investissements et sont plutôt des instruments d’activités criminelles

Le bâtiment de la Banque centrale de Russie
Malgré l’incursion prudente du gouvernement dans l’industrie des crypto-monnaies, la Banque de Russie reste méfiante à l’égard des crypto-monnaies

La Russie reste incertaine quant à sa position officielle sur les crypto-monnaies, la banque centrale du pays restant inflexible sur le fait qu’il soit nécessaire de traiter cette industrie comme un domaine criminel.

En février, la banque a publié un ensemble de règles concernant les transactions suspectes et a classé toute transaction liée aux crypto-monnaies comme un risque potentiel de blanchiment d’argent.

Le pays a adopté le 22 juillet sa première grande loi sur les crypto-monnaies, intitulée  « On Digital Assets » (Sur les actifs numériques) ou le DFA. Elle confère un statut juridique aux crypto-monnaies et légitime le trading de ces dernières dans le pays. Cependant, les crypto-monnaies en tant que moyen de paiement restent interdite.

Le document désigne la Banque de Russie comme un régulateur clé, autorisant la banque à définir le type d’investisseurs qui sont autorisés à trader des produits liées aux crypto-monnaies.

Le premier vice-gouverneur de la Banque de Russie, Sergei Shvetsov, a expliqué la position de la banque envers les investissements en crypto-monnaies. Shvetsov a comparé les crypto-monnaies aux systèmes pyramidaux et aux jeux de roulette lors d’une émission en direct sur Youtube le 28 juillet intitulé : « Nouvelle loi : Ce qui va changer pour les investisseurs particuliers. Diffusion en direct avec Sergei Shvetsov ».

Lors de la diffusion en direct, Shvetsov a mis l’accent sur la position de la Banque de Russie concernant l’achat de crypto-monnaies comme un investissement.

« La Banque de Russie, en tant que régulateur, adhère à la position selon laquelle les achats de crypto-monnaies ne sont pas un investissement. C’est plutôt comme une pyramide financière ou un jeu de roulette et ne s’applique pas au marché financier. Ni le gouvernement ni les intermédiaires financiers ne doivent encourager les citoyens à acquérir des crypto-monnaies » a-t-il expliqué.

Shvetsov a également affirmé qu’aucune banque centrale dans le monde ne supporte ces substituts de l’argent et a déclaré que les crypto-monnaies étaient des « substituts de l’argent ».

Il a réitéré que les crypto-monnaies sont interdites par la Constitution russe et qu’elles sont soumises à une responsabilité pénale.

Shvetsov a en outre affirmé que les crypto-monnaies telles que le Bitcoin, sont la méthode de choix pour les activités illicites, telles que le blanchiment d’argent. Par conséquent, elles ne devraient pas être supportées par la banque.

« Les crypto-monnaies sont également utilisées pour contourner la réglementation sur le blanchiment d’argent. Par conséquent, nous ne supportons absolument pas l’investissement des citoyens dans ce secteur criminel ».

Le gouvernement russe travaille sur le cadre réglementaire d’un autre projet de loi à venir pour l’industrie des crypto-monnaies, intitulé « On the Digital Currency » (Sur la monnaie numérique). Ce projet vise à combler les gaps du projet de loi du DFA concernant la réglementation actuelle de l’industrie émergente.

En dehors de la Russie, la Banque de réserve de l’Inde (RBI) s’est montrée méfiante à l’égard des crypto-monnaies. Cependant, elle a fini par revenir sur sa décision en mars 2020, suite à la décision de la Cour suprême de lever l’interdiction de la RBI.

Les crypto-monnaies restent interdites au Myanmar et au Zimbabwe.

Traduit par Carolane de Palmas