La Corée du Sud interdit les jetons de protection de la vie privée

L’interdiction prendra effet le 21 mars 2021

Les jetons Zcash, Monero et Dash
La fin des jetons de protection de la vie privée en Corée du Sud commence en mars de l’année prochaine

Le gouvernement sud-coréen a finalement décidé d’aller de l’avant avec son plan d’interdiction de toutes les crypto-monnaies axées sur la protection de la vie privée dans le cadre de sa mission de lutte contre le blanchiment d’argent dans le pays.

Un rapport du CPO Magazine a révélé que Monero, Dash, Zcash et autres jetons qui ajoutent une couche supplémentaire d’anonymat aux transactions ne seront plus vendus dans les crypto-bourses du pays après le 21 mars 2021.

La Commission des services financiers du pays (FSC) a expliqué que la principale raison qui a motivé l’interdiction était l’utilisation fréquente de jetons de confidentialité, qu’elle a qualifiés de « pièces sombres », pour le blanchiment d’argent, les attaques ransomware et d’autres activités frauduleuses.

La nouvelle loi est un amendement à la Loi sur les paiements spéciaux, qui est une régulation du secteur des crypto-monnaies complète qui a été adoptée en mars dernier.

Les principales crypto-devises ne sont pas totalement anonymes. Pour les devises comme le Bitcoin par exemple, les adresses des portefeuilles concernés par les transactions, ainsi que le montant sont rendus publics.

Ainsi, en cas d’enquête, les services répressifs et autres autorités compétentes peuvent utiliser ces informations pour remonter jusqu’aux crypto-bourses où les transactions ont été effectuées, et les détenteurs de portefeuilles peuvent à leur tour être identifiés grâce à l’adresse e-mail utilisée pour créer le compte, ou par l’identification personnelle utilisée pour y accéder.

À l’inverse, les jetons de la vie privée ont un processus de tiers qui dissimule ces enregistrements de transactions, ce qui rend difficile la conduite des enquêtes des services de police.

Alors que les dispositions de la loi anti-blanchiment d’argent par crypto-devises ne seront pas en vigueur avant trois mois, certaines crypto-bourses sud-coréennes ont déjà volontairement abandonné certains types de jetons de protection de la vie privée il y a plus d’un an.

Le géant OKEx est l’une de ces crypto-bourses. La plateforme a fait la une des journaux lorsqu’elle a abandonné 5 jetons de protection de la vie privée en septembre 2019, craignant que leur vente ne constitue une violation potentielle des règles de voyage du Groupe d’action financière (GAFI).

D’autres grandes plateformes d’échange du pays ont depuis suivi le mouvement, mais quelques petites crypto-bourses proposent toujours des jetons de protection de la vie privée.

La FSC a clairement indiqué qu’elle visait à éliminer « toute forme » d’anonymat en ce qui concerne l’utilisation des jetons dans le pays. La Corée du Sud est connue pour son amour des crypto-monnaies depuis 2017. Cependant, le sentiment a commencé à s’aigrir en 2019 après l’affaire de la Nth Room, un club clandestin qui créait et hébergeait des contenus sexuels violents en même temps que de la pornographie enfantine et qui acceptait des paiements en jetons de confidentialité.

Traduit par Carolane de palmas