La RBA annonce ses projets de recherche sur sa CBDC

La collaboration portera sur une preuve de concept (POC) pour la délivrance d’une forme tokenisée de CBDC

La Banque Centrale d'Australie à Sydney
La Banque de réserve d’Australie a publié cette année des déclarations contradictoires sur les CBDC.

La banque centrale d’Australie (RBA) a annoncé lundi qu’elle s’associait à la Commonwealth Bank, à la National Australia Bank, à Perpetual et à ConsenSys Software pour étudier l’utilisation et les implications possibles d’une forme de monnaie digitale de banque centrale (CBDC) de gros utilisant la technologie des grands livres distribués (DLT).

La Banque de réserve d’Australie (RBA) a révélé que le projet implique le développement d’une preuve de concept (POC) pour la capacité d’émettre une forme de CBDC à jeton à l’usage des acteurs du marché de gros pour le financement, le règlement et le remboursement d’un prêt syndiqué à jeton sur une plateforme DLT basée sur Ethereum.

La RBA a également déclaré que le projet examinera aussi d’autres caractéristiques potentielles de programmation et d’automatisation d’une CBDC à jeton et d’actifs financiers.

Michele Bullook, le gouverneur adjoint de la RBA, a déclaré que la banque mène également des analyses plus approfondies sur les CBDC.

« Nous voulons explorer les implications d’une CBDC pour l’efficacité, la gestion des risques et l’innovation dans les transactions sur les marchés financiers de gros. Nous sommes heureux de collaborer avec des partenaires de l’industrie pour explorer s’il y a un rôle futur pour une CBDC de gros dans le système de paiement australien » a-t-il expliqué.

Le projet devrait être achevé d’ici la fin de 2020 et un rapport détaillant les résultats du projet sera publié au cours du premier semestre de l’année prochaine.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre des efforts de la RBA pour changer sa perspective sur les CBDC. Le 14 octobre, le responsable de la politique des paiements de la RBA a annoncé que la banque poursuivrait ses recherches sur les CBDC, même si l’institution financière avait déclaré précédemment qu’il n’y avait pas d’arguments politiques solides pour en émettre une.

« Nous continuerons à examiner les arguments en faveur d’une CBDC, y compris la manière dont elle pourrait être conçue, les avantages potentiels et les implications politiques, ainsi que les conditions dans lesquelles une demande importante de CBDC pourrait émerger » a déclaré Tony Richards.

La RBA a souligné le succès de la nouvelle plateforme australienne de paiements en temps réel comme alternative à l’émission d’une CBDC et a expliqué qu’elle est prête à fournir un accès aux billets de banque traditionnels aussi longtemps que les Australiens souhaiteront continuer à les utiliser.

Toutefois, Richards a révélé qu’il étudie les facteurs qui pourraient contribuer à façonner une éventuelle CBDC, comme le fait de savoir si elle serait basée sur des comptes ou des tokens et si elle pourrait être utilisée hors ligne.

La banque étudie également les implications technologiques et politiques des CBDC de gros.

Traduit par Carolane de Palmas