La Russie a interdit les dépôts anonymes dans les portefeuilles en ligne

Les utilisateurs doivent désormais se soumettre à des procédures de vérification d’identité avant de pouvoir effectuer des dépôts dans des portefeuilles en ligne

Image de la vue aérienne de Saint-Pétersbourg, Russie
Cette mesure devrait permettre de réduire les activités financières illégales dans tout le pays

Afin de lutter contre les activités financières illicites, le gouvernement russe a formellement interdit tous les dépôts anonymes dans les portefeuilles en ligne dans tout le pays. Cette mesure, qui devrait toucher plus de 10 millions d’utilisateurs dans tout le pays, a été mise en œuvre hier.

Les législateurs ont expliqué que cette initiative vise toute une série d’activités illégales comme le financement du terrorisme et le trading de drogues illégales.

Au-delà des crypto-monnaies, les portefeuilles en ligne et les processeurs de paiement seront les plus touchés par cette interdiction. Avant cela, des services tels que WebMoney, Kiwi, Yandex et PayPal sont populaires dans le pays et gèrent des millions de comptes que les utilisateurs remplissent anonymement avec de l’argent liquide. Si les chiffres précis sont inconnus, d’autres utilisent également ces portefeuilles anonymes pour acheter des crypto-monnaies.

Dmitry Kirillov, avocat fiscaliste senior à la Bryan Cave Leighton Paisner, et professeur à l’école numérique de Moscou, a été cité par la RBK pour dire que ces nouvelles mesures n’auront pas d’effet sur l’espace blockchain dans un premier temps.

Étant donné que la loi concerne principalement les opérateurs de monnaie électronique, les plateformes internationales de trading d’actifs numériques sont actuellement en dehors de cette réglementation et ne sont pas encore soumises à ces nouvelles restrictions. Toutefois, cela pourrait affecter ceux qui achètent des crypto-monnaies par le biais d’exchanges avec des distributeurs automatiques de billets.

Antonina Levashenko, responsable du Centre russe de compétence et d’analyse des normes de l’OCDE au RANEPA et membre de la Commission sur le support juridique de l’économie numérique de la branche moscovite de l’Association russe des avocats, a complété cet aperçu en expliquant qu’au fur et à mesure que la Russie travaille à l’amélioration de ses procédures de lutte contre le blanchiment d’argent, l’interdiction existante peut également s’appliquer aux devises virtuelles.

« Cela affectera-t-il les crypto-monnaies ? Actuellement, ces changements n’ont été mis en œuvre qu’en ce qui concerne la monnaie électronique, conformément aux modifications apportées à la loi sur le système national de paiement. Mais dans un avenir proche, sans aucun doute, oui. Les normes de la FATF sont toujours appliquées aux nouvelles technologies par analogie : si au début les normes étaient prescrites pour les comptes bancaires classiques, elles ont ensuite été étendues aux portefeuilles électroniques et aux cartes prépayées, puis aux portefeuilles virtuels pour les crypto-monnaies ».

La directrice du développement de l’exchange EXMO, Maria Stankevich, a ajouté que l’anonymat qui entoure les crypto-monnaies s’achève lorsqu’elles commencent à interagir avec les crypto-monnaies fiat. En conséquence, les bourses qui n’ont pas encore introduit la vérification obligatoire des utilisateurs lorsqu’elles travaillent avec des devises fiat « marchent sur une glace très mince ».

Traduit par Carolane de Palmas