La SEC du Nigeria reconnaît les crypto-monnaies comme des valeurs mobilières

Les crypto-actifs ont été définis comme des valeurs mobilières « sauf preuve du contraire ».

Image de Lagos, Nigeria
Victoria Island est le principal centre commercial et financier de Lagos au Nigeria

Le Nigeria franchit une nouvelle étape dans l’intégration des crypto-monnaies dans son économie locale en définissant officiellement et légalement les actifs numériques.

Le 14 septembre, la Nigerian Securities and Exchange Commission (SEC) a publié une déclaration qui donne une définition des tokens et des jetons sur les marchés financiers du pays. Pour une surveillance réglementaire renforcée, les actifs seraient divisés en quatre catégories différentes.

« Les crypto-actifs sont des valeurs mobilières, sauf preuve du contraire. La charge de prouver que les crypto-actifs proposés ne sont pas des valeurs mobilières, et ne relèvent donc pas de la juridiction de la SEC, incombe à l’émetteur ou au sponsor desdits actifs » a déclaré la SEC.

Les régulateurs du pays seront chargés d’enregistrer et d’approuver tous les actifs numériques, qui sont censés être une voie pour des « opportunités d’investissement alternatives ».

Les security tokens font partie des valeurs mobilières, tandis que les produits dérivés et les fonds d’investissement sont des « investissements spécifiés ».

La SEC a précisé qu’elle ne serait pas l’entité chargée de surveiller le trading et les transactions au comptant des utility tokens.

« La SEC va réglementer les investissements en crypto-jetons ou en crypto-tokens lorsque le caractère des investissements est qualifié de transactions de titres » a déclaré l’annonce.

Toutes les entreprises de crypto-monnaies et de blockchains qui ont diffusé des offres de jetons d’actifs numériques (DATO – Digital Asset Token Offerings), des offres initiales de pièces de monnaie (ICO – Initial Coin Offerings) et/ou des offres de jetons de sécurité (STO – Security Token Offerings) au Nigeria avant la mise en œuvre de ces nouvelles lois ont eu trois mois pour s’enregistrer auprès de la SEC.

« Le processus d’enregistrement des actifs virtuels impliquera donc une approche à deux volets – un dépôt d’évaluation initiale pour satisfaire à la charge de la preuve et un dépôt pour l’enregistrement proprement dit, soit effectué directement par l’émetteur ou le sponsor, soit lorsque la charge de la preuve n’est pas satisfaite » explique l’annonce.

La SEC du Nigéria n’a pas publié beaucoup de déclarations publiques concernant l’utilisation des crypto-monnaies dans le pays. Sa dernière déclaration sur la question remonte à 2017, lorsque la Commission a mis en garde les citoyens contre les investissements dans les crypto-monnaies, car ceux-ci pourraient entraîner une perte financière sans la protection de l’organisme de réglementation.

Cette décision de réguler le marché est une réponse à une hausse significative de l’intérêt des citoyens nigérians pour l’industrie des monnaies numériques. Selon Google Trends, le Nigéria occupe régulièrement la première place mondiale pour les recherches en ligne sur le « Bitcoin ». Avec l’Afrique du Sud et le Kenya, ces trois pays sont également ceux qui effectuent le plus de transferts crypto-monnaie mensuels sur le continent, qui s’élèvent à environ 316 millions de dollars en juin 2020.

« L’objectif général de la réglementation n’est pas d’entraver la technologie ou d’étouffer l’innovation, mais de créer des normes qui encouragent les pratiques éthiques qui, en fin de compte, permettent de créer un marché équitable et efficace » a déclaré la SEC.

Traduit par Carolane de Palmas

FOREX.com
CEX.IO
Bittrex
L'un des plus grands échanges de crypto-monnaie
Volume élevé sur toutes les paires
Parfait pour les grands et petits acheteurs / vendeurs
Commencez à trader