L’Afrique peut-elle bénéficier du potentiel de la blockchain ?

Le continent est confronté à de nombreux défis uniques qui peuvent être résolus par une utilisation appropriée de la technologie blockchain

Le concept de la blockchain sur la carte de l'Afrique
La blockchain peut aider à résoudre les problèmes de réseaux et d’inclusion financière en Afrique

Le continent africain connaît actuellement une expansion avec la technologie blockchain et beaucoup pensent que la région est capable de fournir plusieurs cas d’utilisation uniques pour cette technologie naissante.

Depuis plusieurs années, l’Afrique s’efforce de stimuler l’innovation dans un certain nombre de domaines et les paiements mobiles sont un excellent exemple de la façon dont cette technologie peut améliorer massivement la vie de nombreux Africains dans la région.

De nombreux pays d’Afrique sont encore considérés comme des économies en développement. Cependant, certains des États les plus importants se sont positionnés comme des pionniers en matière d’innovation technologique dans les domaines de la fintech, des crypto-monnaies et de la blockchain. L’utilisation de la technologie blockchain, en particulier, devient un élément important de l’équation car elle est testée dans différentes industries et institutions.

Michelle Chivunga, directrice générale et fondatrice d’un groupe sur l’économie numérique et les solutions blockchain appelé Global Policy House, a révélé que les pays africains envisagent d’utiliser cette technologie pour une grande variété de scénarios.

« Des pays africains, dont le Ghana, envisagent d’utiliser la blockchain pour le cadastre et de nombreux pays pour l’identité numérique, la provenance dans les chaînes d’approvisionnement, les soins de santé et le financement. L’e-commerce et les technologies financières sont les principaux moteurs de l’économie numérique en Afrique. Je vois cela se développer et ouvrir la voie à davantage d’activités blockchain » a-t-elle déclaré.

Chivunga est également conseillère auprès des gouvernements des Bermudes, de l’Union Africaine et du Royaume-Uni.

Stephen Young, un développeur de logiciels et ingénieur contractuel intelligent basé au Cap, a également révélé que l’accès croissant aux crypto-monnaies a beaucoup aidé les Africains à mieux comprendre la technologie.

« Au cours des dernières années, l’infrastructure qui permet aux gens d’acheter et de trader des crypto-monnaies a beaucoup évolué. Ceci, combiné au trading informel pair-à-pair (P2P), permet à de nombreux Africains de s’approprier les crypto-monnaies ».

En tant que fondateur et directeur général de NFTfi, une plateforme de financement décentralisée et un marché pair-à-pair pour les prêts garantis par des tokens non fongibles, Young a ajouté que les bourses centralisées et P2P sont les plus grands utilisateurs de technologies blockchain sur le continent.

« Un domaine qui me passionne est l’opportunité qu’offre la blockchain de décentraliser l’accès à la richesse pour soutenir une plus grande inclusion financière et un support en particulier pour les micro, petites et moyennes entreprises. Elles représentent au moins 80 % des entreprises en Afrique et pourtant elles manquent tellement de ressources » a-t-il poursuivi.

Traduit par Carolane de Palmas