Le Bitcoin devient une valeur refuge pour les Zimbabwéens confrontés à des problèmes d’inflation

Les défis récents dans le pays ont poussé les autorités à mettre en œuvre une série de décisions impopulaires – les citoyens trouvent donc des moyens de les contourner en utilisant le Bitcoin

Image d'une vue aérienne d'une rue à Harare, Zimbabwe
Entre autres choses, le Zimbabwe est aux prises avec une inflation locale qui dépasse désormais 1 000 % par an.

La Banque Centrale du Zimbabwe (RBZ) a officiellement désigné Zimswitch comme le service national de commutation de paiements dans un avis au public publié jeudi dernier. Tous les fournisseurs de services financiers du pays, y compris les opérateurs monétaire sur téléphones (MMO), doivent désormais se connecter à cette plateforme.

On suppose que cela a été autorisé pour faciliter l’interopérabilité entre les fournisseurs de services financiers.

On spécule sur le fait qu’Ecocash, le plus grand MMO du pays, est l’entreprise principale visée par la décision de la banque centrale. Dans le passé, Ecocash a été accusée de se mêler des efforts visant à améliorer les échanges entre les MMO – car ces entités peuvent bénéficier du statu quo.

Les critiques de la société ont exprimé des inquiétudes quant au fait qu’Ecocash mène délibérément ces efforts pour préserver son monopole, qu’elle a acquis après avoir investi massivement dans l’infrastructure financière du Zimbabwe.

Une enquête publiée par l’Autorité de régulation des postes et télécommunications du Zimbabwe a montré qu’Ecocash gère plus de 94 % de tous les paiements en argent faits par téléphone portable.

Pour compléter ces résultats, une étude menée par la Banque Centrale du Zimbabwe elle-même montre que l’argent mobile est le mode de paiement de choix pour les paiements de détail nationaux, représentant 80 % de tous les paiements effectués dans cette catégorie.

Intervention du gouvernement

Depuis plusieurs années, la domination d’Ecocash a inévitablement été une source de tensions avec les régulateurs et, semble-t-il, le gouvernement.

Récemment, le gouvernement a publié une directive visant à suspendre les transactions d’argent sur mobile. Cette mesure, qui s’ajoute aux luttes économiques du pays contre l’hyperinflation, est censée créer des tensions dans le paysage politique.

Ecocash a refusé de se conformer aux ordres de suspension, arguant que le fonctionnaire du gouvernement qui a fait l’annonce n’a pas consulté la RBZ avant de rendre la décision publique. Cette impasse a été de courte durée et a pris fin lorsque la RBZ a publié une déclaration en accord avec la position du gouvernement.

Cette tournure des événements a incité les citoyens à utiliser les Bitcoins – en particulier pour les paiements transfrontaliers. Cela s’explique probablement par le fait que la crypto-monnaie est plus rapide à transférer et qu’elle n’est pas soumise à la réglementation actuelle.

D’autres choisissent également de stocker leurs fonds en Bitcoins parce que cela leur donne un sentiment de contrôle. Les tentatives du gouvernement de contrôler ou de suspendre Ecocash ne peuvent pas être reproduites avec les Bitcoins. De plus, la crypto-monnaie n’est pas non plus touchée par l’inflation locale.

Enfin, les travailleurs étrangers ont également commencé à utiliser les Bitcoins pour envoyer des fonds dans leur pays d’origine.

La RBZ a ordonné aux banques de cesser leur support à toutes les entreprises liées aux crypto-monnaies. Cependant, le trading de Bitcoins et les transactions de paiement continuent d’avoir lieu.

Traduit par Carolane de Palmas

FOREX.com
CEX.IO
Bittrex
L'un des plus grands échanges de crypto-monnaie
Volume élevé sur toutes les paires
Parfait pour les grands et petits acheteurs / vendeurs
Commencez à trader