Actualités Bitcoin

Le Bitcoin SV (BSV) perd plus de 38 % en deux semaines

0 Commentaires

Le Bitcoin SV (BSV) traverse actuellement une période difficile à cause d’une controverse majeure. La situation est d’ailleurs sur le point de s’aggraver. En effet, de nombreuses plateformes d’échange ont décidé de délister le BSV de leurs plateformes. 

Le créateur de BSV, Craig Wright, est certainement la figure la plus controversée de l’industrie des crypto-devises car il prétend être Satoshi Nakamoto, le créateur du Bitcoin (BTC). 

Ces revendications se sont intensifiées au cours des dernières semaines lorsque plusieurs discussions ont éclaté sur Twitter au sujet de ces revendications considérées comme fausses.

De Diego Ioppolo/shutterstock.com

Plusieurs plateformes d’échange ont décidé de délister le BSV

Binance, plateforme d’échange la plus importante en volume déclaré, était l’une des premières à déclarer vouloir délister le BSV. C’est ainsi que le retrait de cette crypto-devise pourrait entrainer un effet boule de neige sur le prix de la devise virtuelle.

Le PDG de Binance, Changpeng Zhao, avait d’abord menacé de retirer le BSV de la liste des crypto-devises disponibles sur sa plateforme d’échange si Craig Wright n’arrêtait pas d’attaquer sur Twitter les gens qui n’étaient pas d’accord avec lui lorsqu’il déclarait être Satoshi Nakamoto. La décision est tombée lundi dernier et BSV ne fera plus partie de Binance dès le 22 avril 2019.

Juste après la décision de Binance, le PDG de ShapeShift, Erik Voorhees, a déclaré que l’échange avait aussi décidé de délister BSV. Même décision de la part de Jesse Powell, le PDG de Kraken.

Le 16 avril dernier, Kraken a noté que « ces derniers mois, l’équipe derrière Bitcoin SV s’est engagée dans un comportement non-éthique à tout ce que nous croyons – à Kraken et dans la communauté crypto ».

« Tout a commencé par des réclamations frauduleuses, qui ont dégénéré en menaces et en actions en justice. En effet, l’équipe du BSV a poursuivi un certain nombre de personnes qui s’étaient prononcées contre eux. Les menaces proférées la semaine dernière contre des membres de la communauté ont été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase » a ajouté la société.

Craig Wright pourrait prouver qu’il est Satoshi Nakamoto avec une signature électronique

Si Craig Wright veut faire croire qu’il est le créateur de la première crypto-devise en terme de capitalisation boursière, c’est qu’il en retirerait de nombreux avantages. 

D’abord, cela pourrait soutenir le prix du BSV. Ensuite, cela pourrait lui permettre d’avoir une influence infinie dans la sphère de la blockchain et des crypto-devises, ce qui pourrait se transformer en un revenu massif.

Avec une signature numérique, Craig Wright aurait pu prouver qu’il était Satoshi Nakamoto, mais il a refusé de le faire. Pour ceux qui doutent que Craig Wright est Satoshi Nakamoto, ce refus est une preuve de plus qui montre qu’il ne peut pas être le créateur du Bitcoin.

L’anonymat du fondateur du Bitcoin est aussi l’une des raisons pour lesquelles le Bitcoin a une telle emprise sur l’ensemble de l’éco-système des crypto-devises. 

Le Bitcoin SV (BSV) perd plus de 38 % en deux semaines

Cela fait deux semaines que le Bitcoin SV (BSV) perd du terrain. La valeur de cette crypto-devise a ainsi perdu plus de 38 %. Il est fort possible que la baisse continue si d’autres échanges continuent de délister la crypto-devise. 

Puisque le Bitcoin SV provient d’un fork de Bitcoin Cash, ce dernier est le grand gagnant de la forte baisse du BSV.

Qu’en pensez-vous ? Êtes-vous d’accord pour que les échanges puissent si facilement délister des crypto-devises de leurs plateformes ? Est-ce inquiétant que ces échanges puissent autant nuire à la liquidité de certaines devises virtuelles ?

Investir est spéculatif. Lorsque vous investissez votre capital est à risque. Ce site n’est pas destiné à être utilisé dans les juridictions dans lesquelles les opérations ou les investissements décrits sont interdits et ne devraient être utilisés que par des personnes et selon les méthodes légalement autorisées. Votre investissement peut ne pas bénéficier de la protection des investisseurs dans votre pays ou dans votre pays de résidence. Veuillez effectuer votre propre vérification préalable. Ce site Web est gratuit pour vous, mais nous pouvons recevoir des commissions des sociétés que nous présentons sur ce site. Cliquez ici pour plus d’informations.