Le gouvernement sud-coréen finance un système de vote par blockchain

Le système permettra aux résidents d’appartements de voter et d’accéder à d’autres services de gouvernance liés au logement comme le stationnement par exemple

Image d'une vue aérienne de Séoul, Corée du Sud
Les appartements présentent un risque accru pour la santé en pleine pandémie en raison du nombre de personnes vivant à proximité

La Corée du Sud a travaillé sans relâche à la mise en place et l’utilisation de la technologie blockchain dans plusieurs secteurs : les transports, les banques et même l’hôtellerie.

Aujourd’hui, la frénésie s’est emparée du secteur du logement, le gouvernement national s’étant engagé à financer à hauteur de 1,27 million de dollars une plateforme construite sur la blockchain et pouvant être utilisée par les résidents d’appartements dans tout le pays.

ZDNet Korea, une publication technologique locale en ligne, a rapporté que le ministère sud-coréen des sciences s’est associé à Ksign, une entreprise locale, pour le développement d’une plateforme sans contact qui permet aux résidents d’accéder à des services comme le vote électronique, la gestion des places de parking et d’autres mesures de gouvernance liées au logement.

Comme ces services ne nécessiteront aucune interaction physique, la plateforme devrait contribuer à faire respecter les mesures de distanciation sociale – les créateurs du projet ont déclaré qu’ils espéraient qu’elle « renforcerait la santé publique dans les appartements ».

Les propriétaires, les résidents et la direction auront accès à la plateforme. Ils pourront également organiser des vidéoconférences et fournir des solutions de paiement électronique.

Le vice-président de Ksign, Keo Ja-in, a expliqué que les identifiants décentralisés (DID) sont un élément clé du fonctionnement du système de blockchain à jetons.

« Nous sommes en train de développer un DID qui peut être appliqué à l’écosystème des tokens en contrôlant les informations personnelles et en vérifiant l’identité par le contrôle des informations personnelles. L’objectif est également de créer un écosystème de tokens qui peut être utilisé dans n’importe quel magasin » a-t-il déclaré.

La Corée du Sud n’est pas le seul pays à envisager l’utilisation de la blockchain pour ses élections. Le commissaire en chef aux élections de l’Inde a révélé en début d’année que la commission électorale collabore avec l’Institut indien de technologie (IIT) pour la création d’un système de vote sur la blockchain.

Selon le Times of India, un média d’information local, environ un tiers des électeurs n’ont pas participé au processus de vote lors des élections du pays de 2019. Une grande partie de ces électeurs ont déclaré qu’ils n’avaient pas pu le faire parce qu’ils avaient émigré de l’endroit où ils sont inscrits comme électeurs. Cela conduit à des « votes perdus » et la Commission électorale estime que la technologie blockchain pourrait être un moyen de résoudre ce problème. Le système permettrait en effet aux électeurs, quel que soit leur lieu d’inscription dans le pays et leur lieu de résidence actuel, d’exprimer leur vote.

Si les experts estiment que la mise en œuvre de la technologie blockchain dans le processus de vote a de fortes chances d’entraîner une augmentation de la participation électorale, ils craignent également que la technologie de vote mobile ne constitue un risque sérieux pour la sécurité et ne mette en danger le processus démocratique.

Traduit par Carolane de Palmas

FOREX.com
LonghornFX
CEX.IO
Marge de négociation
Conformité légale
jalonnement crypto-monnaie
Commencez à trader