Le ministère colombien des technologies soutient la blockchain et les crypto-monnaies

L’expression d’un support pourrait signaler un changement dans la façon dont le pays traite l’industrie naissante

Image de Bogota, capitale de la Colombie
La Colombie a du mal à accepter les crypto-monnaies dans le pays

Le ministère colombien des technologies de l’information et des communications (MinTIC) a publié un projet de guide destiné à montrer comment le secteur public peut adopter la technologie blockchain et intégrer les questions liées au paiement par crypto-monnaies.

Ce projet, intitulé « Guide pour l’utilisation et la mise en œuvre de la technologie des grands livres distribués (DLT/blockchain) dans le secteur public », expose les avantages et les inconvénients de l’utilisation de DLT dans les projets liés aux entités publiques.

Le MinTIC a également souligné que le pays semble être « à la traîne » dans l’adoption de la technologie blockchain. Le ministère a souligné la disparité entre les progrès réalisés par la Colombie par rapport à la Chine, aux Émirats Arabes Unis, au Canada, aux États-Unis et aux pays de l’Union Européenne.

Le guide, qui a été rédigé par des organisations telles que ViveLab Bogota, l’Universidad Nacional de Colombia, la mairie de Bogota et le National, a proposé 10 solutions sur lesquelles le pays pourrait travailler, notamment les secteurs suivants :

  • Paiements en crypto-monnaies
  • Enregistrement des terrains
  • Vote
  • Gestion des données d’identité
  • Chaînes d’approvisionnement
  • Dossiers de santé
  • Documents commerciaux
  • Dépôt des diplômes universitaires
  • Gestion des impôts et des appels d’offres publics

Les solutions pour ces secteurs spécifiques viseraient à supprimer la participation de tiers dans l’infrastructure de sécurité et à les remplacer par la technologie de la blockchain. On espère que cela augmentera la transparence et la confiance en ce qui concerne la gestion des données.

Le MinTIC a également consacré une section du guide aux crypto-monnaies dans laquelle le ministère fait référence au livre blanc du Bitcoin : A Peer to Peer Electronic Cash System, publié pour la première fois en 2008 par Satoshi Nakamoto. Le guide cite que les solutions énoncées visent à « assurer la protection des consommateurs qui investissent dans les crypto-monnaies ».

Le gouvernement colombien a fait plusieurs tentatives pour réglementer l’environnement des crypto-monnaies local. Cependant, il semble avoir du mal à le mettre en œuvre. Certains attribuent les difficultés de la réglementation au mépris des actifs numériques, notamment au sein de la Superintendencia Financiera de Colombia (SFC).

En 2018, la SFC a publié une série d’avis qui mettaient en garde les citoyens contre les risques liés au trading de crypto-monnaies. Cette annonce a alarmé les banques dans tout le pays et les comptes liés aux crypto-monnaies ont été rapidement fermés. Elle a également paralysé la capacité de la start-up Buda.com spécialisée dans les crypto-monnaies.

En 2016, une crypto-monnaie colombienne, Colbitex, a été mise en place mais a fermé en moins d’une semaine sous prétexte que les autorités l’avaient empêchée de fonctionner.

Traduit par Carolane de Palmas 

FOREX.com
CEX.IO
Bittrex
L'un des plus grands échanges de crypto-monnaie
Volume élevé sur toutes les paires
Parfait pour les grands et petits acheteurs / vendeurs
Commencez à trader