Home > News > Le ministère colombien des technologies soutient la blockchain et les crypto-monnaies

Le ministère colombien des technologies soutient la blockchain et les crypto-monnaies

L’expression d’un support pourrait signaler un changement dans la façon dont le pays traite l’industrie naissante

Le ministère colombien des technologies de l’information et des communications (MinTIC) a publié un projet de guide destiné à montrer comment le secteur public peut adopter la technologie blockchain et intégrer les questions liées au paiement par crypto-monnaies.

Ce projet, intitulé « Guide pour l’utilisation et la mise en œuvre de la technologie des grands livres distribués (DLT/blockchain) dans le secteur public », expose les avantages et les inconvénients de l’utilisation de DLT dans les projets liés aux entités publiques.

Le MinTIC a également souligné que le pays semble être « à la traîne » dans l’adoption de la technologie blockchain. Le ministère a souligné la disparité entre les progrès réalisés par la Colombie par rapport à la Chine, aux Émirats Arabes Unis, au Canada, aux États-Unis et aux pays de l’Union Européenne.

Le guide, qui a été rédigé par des organisations telles que ViveLab Bogota, l’Universidad Nacional de Colombia, la mairie de Bogota et le National, a proposé 10 solutions sur lesquelles le pays pourrait travailler, notamment les secteurs suivants :

  • Paiements en crypto-monnaies
  • Enregistrement des terrains
  • Vote
  • Gestion des données d’identité
  • Chaînes d’approvisionnement
  • Dossiers de santé
  • Documents commerciaux
  • Dépôt des diplômes universitaires
  • Gestion des impôts et des appels d’offres publics

Les solutions pour ces secteurs spécifiques viseraient à supprimer la participation de tiers dans l’infrastructure de sécurité et à les remplacer par la technologie de la blockchain. On espère que cela augmentera la transparence et la confiance en ce qui concerne la gestion des données.

Le MinTIC a également consacré une section du guide aux crypto-monnaies dans laquelle le ministère fait référence au livre blanc du Bitcoin : A Peer to Peer Electronic Cash System, publié pour la première fois en 2008 par Satoshi Nakamoto. Le guide cite que les solutions énoncées visent à « assurer la protection des consommateurs qui investissent dans les crypto-monnaies ».

Le gouvernement colombien a fait plusieurs tentatives pour réglementer l’environnement des crypto-monnaies local. Cependant, il semble avoir du mal à le mettre en œuvre. Certains attribuent les difficultés de la réglementation au mépris des actifs numériques, notamment au sein de la Superintendencia Financiera de Colombia (SFC).

En 2018, la SFC a publié une série d’avis qui mettaient en garde les citoyens contre les risques liés au trading de crypto-monnaies. Cette annonce a alarmé les banques dans tout le pays et les comptes liés aux crypto-monnaies ont été rapidement fermés. Elle a également paralysé la capacité de la start-up Buda.com spécialisée dans les crypto-monnaies.

En 2016, une crypto-monnaie colombienne, Colbitex, a été mise en place mais a fermé en moins d’une semaine sous prétexte que les autorités l’avaient empêchée de fonctionner.

Traduit par Carolane de Palmas 

Nous utilisons des cookies pour personnaliser notre contenu et nos publicités, fournir des fonctionnalités pour les médias sociaux et vous offrir une meilleure expérience. En continuant à naviguer sur le site ou en cliquant sur “OK, merci”, vous consentez à l’utilisation de cookies sur ce site.