Le Nigeria espère des recettes de 10 M$ de la blockchain d’ici 2030

Le pays pourrait potentiellement créer un flux de revenus de 6 à 10 milliards de dollars provenant de l’industrie de la blockchain

Une image du symbole Droit et Justice avec le Bitcoin et le drapeau nigérian en arrière-plan
Le Nigeria est à la pointe de l’innovation en matière de crypto-monnaies et de blockchain en Afrique

Kashifu Inuwa, le directeur général de l’Agence nationale de développement des technologies de l’information du Nigeria (NITDA), a exprimé son espoir que le pays utilise la technologie blockchain pour générer un flux de revenus de 6 à 10 milliards de dollars dans les 10 prochaines années.

Le directeur général Inuwa l’a annoncé lors d’une réunion des parties prenantes à Abuja, la capitale du Nigeria, pour examiner le cadre de la stratégie nationale d’adoption de la blockchain de l’agence. Une première ébauche de la stratégie a été rendue publique en octobre dernier et le document expliquait comment la technologie blockchain et le registre décentralisé (DLT) contribueraient à faciliter le développement de l’économie numérique du pays.

« Nous voulons que le Nigeria soit stratégiquement placé pour tirer profit du potentiel économique de la blockchain. En tenant compte de notre population jeune, qui est principalement numériquement native et de notre position en Afrique, nous cherchons comment nous pouvons obtenir au moins 6 à 10 milliards de dollars d’ici 2030 » a expliqué Inuwa.

Le directeur général a également cité une étude menée par PricewaterhouseCoopers en octobre montrant comment la technologie blockchain, à travers ses différents cas d’utilisation, avait le potentiel d’ajouter 1,76 trillion de dollars au produit intérieur brut mondial dans les 10 prochaines années, ce qui ferait que l’industrie représenterait 1,4 % du PIB mondial en 2030.

Inuwa a souligné que le Nigeria pourrait envisager de mettre en œuvre cette technologie dans ses services de paiement, ses services provinciaux, l’identité numérique, l’engagement des clients et les applications de règlement des contrats et des différends.

« La blockchain va jouer un rôle clé en termes de création, de traçabilité des produits et des services. Nous voyons la nécessité de bien positionner notre pays afin de pouvoir tirer profit de la blockchain » a déclaré Inuwa.

Le Nigeria s’est efforcé de se positionner en tête de l’adoption des crypto-monnaies et de la blockchain en Afrique. En mai, la société de recherche en crypto-monnaies Arcane Research a découvert que le Nigeria avait le deuxième pourcentage le plus élevé de possession ou d’utilisation des crypto-monnaies parmi tous les utilisateurs d’Internet en Afrique, soit 11 %. En septembre, la Securities and Exchange Commission (SEC) du Nigeria a officiellement défini les actifs numériques sous son égide réglementaire.

Le pays a également été sous les feux de la rampe après que des dons en crypto-monnaies aient été utilisés par un groupe de féministes nigérianes pour financer des manifestations contre la brigade spéciale de lutte contre le vol (SARS) de la police. Depuis début octobre, des milliers de Nigérians protestent contre les brutalités policières dans le pays et demandent le démantèlement du SARS.

L’Afrique a été qualifiée de « prochaine frontière pour les crypto-monnaies » parce que les conditions de la région sont incroyablement favorables à l’industrie.

Traduit par Carolane de Palmas