Actualités

Le premier ministre Français indique que la monnaie Libra de Facebook ne sera pas autorisée

0 Commentaires

La monnaie Libra qui sera lancée par Facebook a déjà obtenus son lot de controverses. Alors que le lancement de ce coin n’est pas attendu avant 2020, un ministre du gouvernement Français a désormais confirmé que son lancement en Europe serait bloqué.

The Libra currency could be blocked in Europe

Image courtoisie de Shutterstock

Les préoccupations

Les commentaires sur le sujet proviennent de Bruno Le Maire, Ministre des Finances. Il faisait un discours a une conférence sur les crypto-monnaies à Paris lorsqu’il a évoqué les préoccupations du gouvernement vis-à-vis de potentiels risques liés à Libra.

Le Maire a indiqué qu’il ne “peut pas autorisé le développement de Libra sur le sol Européen” dans les conditions actuelles. Il a avancé ses arguments sur le fait que la souveraineté de la monnaie des pays Européens seraient en jeu.

Le Ministre Français l’a nommé “une possible privatisation de la monnaie”. Il a aussi fait allusion au fait que Facebook possède “plus de 2 milliards d’utilisateurs sur la planète”. Ces commentaires semblent bien refléter les peurs sur le fait que Libra pourrait permettre à des millions de personnes virtuelles d’abandonner leurs monnaies nationales.

Pourquoi la monnaie Libra est-elle si controversée ? 

Le projet facebook a été officiellement révélé en juin de cette année. Il faut garder en tête que la monnaie de Libra ne sera pas décentralisée. A l’instar de Bitcoin et des autres crypto-monnaies, il y aura une certaine autorité en place. Facebook a désigné une entreprise basée en Suisse pour gérer la monnaie à leur place.

Il y a eu des craintes mises en avant sur la fait que de grandes entreprises puissent commencer à contrôler la monnaie que nous utilisons. Cela pourrait réduire énormément le pouvoir exercé par les gouvernements et les banques centrales. Si cela venait à arriver, cela pourrait rendre le contrôle de leurs économies nationales encore plus compliqué.

Mark Carney est le gouverneur de la Banque d’Angleterre. Il est resté évasif au sujet de Libra lors de son annonce plus tôt cette année. Toutefois, il a bien confirmé que Libra devrait respecter les plus hauts standards de régulation et de protection du consommateur.

Facebook fait également les gros titres suites à différents problèmes rencontrés, notamment le scandale Cambridge Analytica. Cela a amené des craintes sur la capacité de l’entreprise à gérer des données clients.

D’un autre côté, ce type de monnaie possède nombreux supporters. Parmi les possibles bénéfices est le fait qu’elle pourrait être utilisées par des personnes qui n’ont pas pour le moment accès à des services bancaires.

A quoi peut-on s’attendre pour la suite ?

Pour le moment, on ne sait pas si la vision de Facebook concernant Libra arrivera à son terme. Il reste beaucoup de travail à fournir avant qu’il ne soit approuvé et régulé partout dans le monde.

Etant donné la taille de ce projet, cela pourrait prendre beaucoup de temps avant l’obtention d’une définition claire sur la façon dont les crypto-monnaies sont gérées dans le futur.

Investir est spéculatif. Lorsque vous investissez votre capital est à risque. Ce site n’est pas destiné à être utilisé dans les juridictions dans lesquelles les opérations ou les investissements décrits sont interdits et ne devraient être utilisés que par des personnes et selon les méthodes légalement autorisées. Votre investissement peut ne pas bénéficier de la protection des investisseurs dans votre pays ou dans votre pays de résidence. Veuillez effectuer votre propre vérification préalable. Ce site Web est gratuit pour vous, mais nous pouvons recevoir des commissions des sociétés que nous présentons sur ce site. Cliquez ici pour plus d’informations.