Le président du Kirghizstan approuve la blockchain pour les élections

Sadyr Japarov estime que c’est la seule façon pour le pays d’avoir des élections équitables

Vue aérienne de la ville d'Osh, au Kirghizstan
Le président du Kirghizstan suggère d’adopter la technologie blockchain pour assurer la transparence des élections

Le président en exercice du Kirghizistan, Sadyr Japarov, a suggéré que la commission électorale du pays utilise la technologie de la blockchain pour sécuriser et légitimer le processus électoral. Japarov s’est dit convaincu que seule cette technologie moderne permettrait d’ouvrir la voie à des élections présidentielles et parlementaires équitables.

« Nous avons eu trois révolutions à cause d’élections inéquitables. Si cela continue, les troubles et les révolutions vont continuer. À partir de maintenant, tout sera équitable. J’ai consulté la Commission électorale centrale et je lui ai proposé d’introduire la technologie blockchain » a déclaré Japarov.

Le nouveau président et le premier ministre nouvellement nommé purgeaient jusqu’à récemment une peine de onze ans de prison pour leur participation présumée à l’enlèvement d’un fonctionnaire. Tout au long du processus, Japarov a maintenu qu’il avait été accusé à tort et qu’il avait été piégé pour ce crime en raison de motivations politiques.

Japarov estime que si tout se passe comme prévu, la technologie blockchain pourra être lancée dans un délai de trois à six mois. Il a expliqué qu’il est convaincu que la blockchain peut aider le pays à combattre la corruption et les troubles politiques résultant des élections truquées au Kirghizstan.

Le pays, qui est une république enclavée de 6,5 millions d’habitants, a été le théâtre d’une extrême volatilité politique tout au long de ses trois décennies d’indépendance. Au début de ce mois, la capitale, Bichkek, a été le théâtre d’une série de manifestations de masse contre l’achat de votes dans les bureaux de vote du Parlement. Au cours de ces manifestations, au moins une personne a été tuée et plus de 1 000 autres ont été blessées lors de violents affrontements entre les manifestants et la police.

Japarov a également été récemment accusé d’intimider l’ancien président Sooronbai Jeenbekov, à qui il a déclaré que « seuls ceux qui sont impliqués dans la corruption » auraient peur de lui.

Jeenbekov a démissionné le jeudi 15 octobre, après qu’une série de violentes manifestations aient éclaté au sujet des résultats des élections parlementaires. Jarapov, qui a été libéré de prison pendant la manifestation – et qui a ensuite été nommé premier ministre par Jeenbekov pour tenter de calmer les protestations – s’est déclaré le leader de la nation d’Asie centrale.

Bien que les élections du pays utilisent des technologies modernes, telles que l’analyse des empreintes digitales et les scanners électroniques connectés à un serveur central, les pratiques frauduleuses persistent, même pendant les élections de ce mois-ci.

La Sierra Leone, pays d’Afrique de l’Ouest, est le premier pays au monde à organiser des élections en utilisant un système de vote basé sur la technologie blockchain. La Russie a également exprimé son intention de lancer un projet pilote basé sur le vote blockchain.

Traduit par Carolane de Palmas