Le secteur de l’éducation chinois en retard sur les besoins en emploi blockchain

Le pivot massif du pays vers l’intégration de la blockchain a fait craindre que le secteur de l’éducation ait du mal à répondre à la demande de professionnels du secteur

Le pivot massif du pays vers l'intégration de la blockchain a fait craindre que le secteur de l'éducation ait du mal à répondre à la demande de professionnels du secteur <Alt Text> Image de diplômés portant des toges <Image Caption> Le premier lot de diplômés blockchain en Chine devrait se faire en 2024 <Body> Alors que la Chine poursuit l'intégration de la blockchain dans plusieurs secteurs verticaux de son économie, on craint que le secteur universitaire ne soit pas en mesure de répondre à la demande croissante de programmes éducatifs complets de premier cycle dédiés à la blockchain. Sun Daojun, directeur du Centre de recherche sur le développement de l'économie numérique de l'Université de communication de Chine basée à Pékin, a révélé que la première promotion de diplômés suivant des cours axés sur la blockchain commencera ses cours plus tard dans l'année et terminera ses études d'ici 2024. Malgré cette initiative, Daojun a exprimé ses réserves quant à la capacité du secteur à suivre le rythme. Cité dans Mars Finance, il estime que si l'industrie chinoise de la blockchain se développe à un rythme sans précédent, le secteur de l'éducation est « sérieusement en retard » pour répondre à la demande correspondante de nouveaux professionnels. En mars de cette année, l'université des technologies de l'information de Chengdu a officiellement lancé son cours de premier cycle sur l'ingénierie de la blockchain. Les inscriptions sont désormais closes et les étudiants commenceront en septembre. En juillet, le pays a ajouté 9 nouvelles professions à sa liste d'emplois approuvés du secteur. Ces emplois sont principalement axés sur la technologie blockchain avec notamment les opérateurs d'applications blockchain, ainsi que le personnel technique et d'ingénierie blockchain. Le salaire moyen des professionnels de l'industrie de la blockchain a également connu une hausse notable. Cette hausse est probablement due à la forte demande de spécialistes dans ce secteur, les entreprises s'efforçant d'accueillir des experts de la blockchain pour assurer leur croissance. Zhaopin, un fournisseur de services de recrutement en ligne en Chine, a publié des statistiques qui montrent que des centaines d'entreprises à travers le pays embauchent maintenant du personnel pour des professions liées au secteur de la blockchain. Leurs salaires mensuels sont fixés à 2 865 $ en moyenne, soit plus du double de la moyenne de l'année dernière qui était de 1 230 $. Au-delà de la technologie blockchain, la Chine a constamment travaillé à l'intégration de sa monnaie digitale de banque centrale (CBDC) : le yuan numérique. Son système de paiement électronique en monnaie numérique (DCEP) est actuellement testé par plusieurs entreprises et banques de renom dans tout le pays comme DiDi Chuxing, Meituan Dianping et Bilibili. Au total, plus de 20 entreprises participent aux tests du projet de yuan numérique. De plus, le DCEP est également testé 4 quatre villes principales : Chengdu, Shenzhen, Xiong'an et Suzhou. Ces tests font toujours partie de la phase de recherche du DCEP et ne sont pas destinés à préparer un lancement immédiat. Au moment de la rédaction du présent document, le pays n'a pas encore fourni de date de fin pour la première phase des tests. Traduit par Carolane d Palmas
Le premier lot de diplômés blockchain en Chine devrait se faire en 2024

Alors que la Chine poursuit l’intégration de la blockchain dans plusieurs secteurs verticaux de son économie, on craint que le secteur universitaire ne soit pas en mesure de répondre à la demande croissante de programmes éducatifs complets de premier cycle dédiés à la blockchain.

Sun Daojun, directeur du Centre de recherche sur le développement de l’économie numérique de l’Université de communication de Chine basée à Pékin, a révélé que la première promotion de diplômés suivant des cours axés sur la blockchain commencera ses cours plus tard dans l’année et terminera ses études d’ici 2024.

Malgré cette initiative, Daojun a exprimé ses réserves quant à la capacité du secteur à suivre le rythme. Cité dans Mars Finance, il estime que si l’industrie chinoise de la blockchain se développe à un rythme sans précédent, le secteur de l’éducation est « sérieusement en retard » pour répondre à la demande correspondante de nouveaux professionnels.

En mars de cette année, l’université des technologies de l’information de Chengdu a officiellement lancé son cours de premier cycle sur l’ingénierie de la blockchain. Les inscriptions sont désormais closes et les étudiants commenceront en septembre.

En juillet, le pays a ajouté 9 nouvelles professions à sa liste d’emplois approuvés du secteur. Ces emplois sont principalement axés sur la technologie blockchain avec notamment les opérateurs d’applications blockchain, ainsi que le personnel technique et d’ingénierie blockchain.

Le salaire moyen des professionnels de l’industrie de la blockchain a également connu une hausse notable. Cette hausse est probablement due à la forte demande de spécialistes dans ce secteur, les entreprises s’efforçant d’accueillir des experts de la blockchain pour assurer leur croissance.

Zhaopin, un fournisseur de services de recrutement en ligne en Chine, a publié des statistiques qui montrent que des centaines d’entreprises à travers le pays embauchent maintenant du personnel pour des professions liées au secteur de la blockchain. Leurs salaires mensuels sont fixés à 2 865 $ en moyenne, soit plus du double de la moyenne de l’année dernière qui était de 1 230 $.

Au-delà de la technologie blockchain, la Chine a constamment travaillé à l’intégration de sa monnaie digitale de banque centrale (CBDC) : le yuan numérique. Son système de paiement électronique en monnaie numérique (DCEP) est actuellement testé par plusieurs entreprises et banques de renom dans tout le pays comme DiDi Chuxing, Meituan Dianping et Bilibili.

Au total, plus de 20 entreprises participent aux tests du projet de yuan numérique.

De plus, le DCEP est également testé 4 quatre villes principales : Chengdu, Shenzhen, Xiong’an et Suzhou. Ces tests font toujours partie de la phase de recherche du DCEP et ne sont pas destinés à préparer un lancement immédiat. Au moment de la rédaction du présent document, le pays n’a pas encore fourni de date de fin pour la première phase des tests.

Traduit par Carolane d Palmas

FOREX.com
CEX.IO
Bittrex
L'un des plus grands échanges de crypto-monnaie
Volume élevé sur toutes les paires
Parfait pour les grands et petits acheteurs / vendeurs
Commencez à trader