Les États-Unis accusent un ressortissant russe de fraude électronique et de vol d’identité

Les nouvelles accusations prétendent que les opérateurs ont volé des papiers d’identité pour ouvrir des crypto-comptes et des comptes bancaires

Image d'une personne tapant sur un clavier d'ordinateur
Beaucoup pensent que la Russie a joué un rôle important dans le résultat des élections de 2016

Les États-Unis ont engagé des poursuites pénales contre Artem Lifshits, un ressortissant russe, pour sa gestion d’une filiale de la tristement célèbre Internet Research Agency. Les autorités américaines ont accusé l’agence d’avoir interférer dans les élections nationales de 2016 avec une opération d’influence à grande échelle nommée Project Lakhta.

La nouvelle plainte affirme que Lifshits était responsable du département de traduction du projet Lakhta depuis 2017. Il a utilisé sa position pour se procurer illégalement des documents d’identité américains, afin d’utiliser « les moyens d’identification des personnes des États-Unis pour ouvrir des comptes bancaires, des comptes PayPal et des comptes en crypto-monnaies ».

Il est maintenant accusé de conspiration en vue de commettre une fraude électronique. Le ministère américain de la justice a déclaré que ces comptes étaient une possibilité pour Lifshits et ses collègues de financer à la fois le projet Lakhta et leur propre « enrichissement personnel ».

John C Demers, l’assistant du procureur général pour la sécurité nationale, a expliqué que les accusations allèguent que Lifshits avait conspiré avec d’autres pour voler l’identité de citoyens américains et promouvoir les opérations d’influence du projet Lakhta.

« Lifshits a participé à cette fraude afin de favoriser les objectifs d’influence malveillante du Projet Lakhta et pour son propre enrichissement personnel. Cette affaire illustre clairement la manière dont ces acteurs malveillants financent leurs activités d’influence étrangère clandestines et le statut de la Russie en tant que valeur refuge pour les cyber-criminels qui s’enrichissent aux dépens d’autrui » a déclaré Demers.

Le témoignage d’un enquêteur des services secrets affirme que le projet faisait partie d’une opération massive orchestrée contre le peuple américain.

« A partir d’avril 2014 et autour de cette date, le département de traduction du Projet Lakhta s’est attaché à influencer la population américaine. Le département de traduction a mené des opérations sur les plateformes de médias sociaux comme YouTube, Facebook, Instagram et Twitter » a commencé son témoignage.

« Le but premier du département de traduction était de semer la discorde dans le système politique américain, d’inciter à l’agitation civile et de polariser les Américains en promouvant des questions qui divisent la société avec un accent particulier sur les divisions raciales et l’inégalité aux États-Unis ».

La plainte ne mentionnait pas les crypto-bourses auxquelles Lifshits et Project Lakhta ont réussi à accéder. Cependant, elle indiquait qu’au moins un exchange se considérait comme victime de fraude, car il traitait de faux documents présentés comme un moyen de satisfaire aux exigences de la politique « Know Your Customer ».

Les accusations portées par les services secrets ont été distribuées quelques heures à peine après que Lifshits et certains de ses collègues du Projet Lakhta aient figuré sur la liste des sanctions du Trésor, avec l’adresse de leur portefeuille de crypto-monnaies respectif.

Des préoccupations similaires ont fait surface à l’approche des élections de 2020.

Traduit par Carolane de palmas

FOREX.com
LonghornFX
CEX.IO
Marge de négociation
Conformité légale
jalonnement crypto-monnaie
Commencez à trader