Les États-Unis et le Brésil saisissent 24 M$ en crypto-devises

Le ministère américain de la justice a annoncé que l’argent avait été saisi dans le cadre d’une arnaque qui avait escroqué des Brésiliens pour plus de 200 millions de dollars

La Cour suprême fédérale du Brésil
Les États-Unis et le Brésil ont coordonné la capture des individus ainsi que la saisie des actifs

Le ministère américain de la justice (DOJ) a révélé qu’il avait saisi environ 24 millions de dollars en crypto-monnaies dans le cadre d’un plan qui avait escroqué des milliers de Brésiliens de plus de 200 millions de dollars.

La déclaration indiquait que les États-Unis étaient chargés de saisir les actifs après une demande officielle présentée par le gouvernement du Brésil. L’ordre de saisie a été émis en vertu du traité entre les États-Unis d’Amérique et la République fédérative du Brésil sur l’entraide judiciaire en matière pénale.

Le Brésil avait soumis une demande d’assistance en relation avec un important système de fraude en crypto-monnaies dans le cadre d’une enquête de la police fédérale brésilienne appelée « Opération Egypto ».

« Les autorités brésiliennes estiment que plus de 200 millions de dollars ont été obtenus grâce à cette arnaque, par laquelle des dizaines de milliers de Brésiliens ont pu être escroqués » explique la déclaration.

Plusieurs personnes ont été inculpées par les procureurs fédéraux brésiliens dans cette affaire.

Le tribunal brésilien a émis un ordre de saisie qui ordonnait la saisie de devises virtuelles aux États-Unis qui étaient détenues ou contrôlées par un natif du Brésil, Marcos Antonio Fagundes, et les saisies effectuées par les États-Unis étaient liées à son rôle présumé dans le système.

Selon les informations fournies par les autorités brésiliennes, Fagundes est accusé de plusieurs infractions pénales au droit brésilien. Cela inclut l’exploitation d’une institution financière sans autorisation légale, le détournement et le blanchiment d’argent, la gestion frauduleuse d’une institution financière et les violations de la loi sur les valeurs mobilières.

Les documents qui ont été déposés au cours de la procédure pénale brésilienne et les conclusions du tribunal brésilien montrent qu’entre août 2017 et mai 2019, Fagundes et d’autres accusés ont sollicité des fonds auprès d’investisseurs potentiels sur Internet.

Cela s’est fait par divers autres moyens, comme le téléphone et les fonds reçus ont été détenus d’une manière qui les soumet à une réglementation en tant qu’institution financière en vertu du droit brésilien. Fagundes et les autres accusés n’ont pas respecté ces exigences légales.

Les accusés auraient sollicité des investisseurs dans le but de financer des sociétés qu’ils contrôlaient, sous la forme de devises brésiliennes ou de crypto-monnaies et les sociétés auraient ensuite investi les fonds collectés dans plusieurs types de devises virtuelles. Toutefois, le tribunal brésilien a estimé que seule une infime partie des fonds a été investie dans des crypto-monnaies comme promis et que très peu a été restituée aux investisseurs initiaux.

Les conspirateurs ont également été accusés d’avoir fait des promesses fausses et incohérentes aux investisseurs sur la manière dont les fonds étaient investis.

Traduit par Carolane de Palmas