Les Sud-Coréens peuvent désormais porter leur permis de conduire numérique

Plus d’un million de citoyens sont déjà passés à l’utilisation d’une licence numérique, rendue possible grâce à l’application PASS pour smartphone

Image de la place Gangnam à Séoul, Corée du Sud
Il y a plus de 32,6 millions de conducteurs titulaires d’un permis de conduire dans le pays

Les Sud-Coréens n’ont plus besoin de conserver une copie physique de leur permis de conduire, car ils ont désormais la possibilité d’utiliser une alternative numérique fonctionnant sur la blockchain en conjonction avec l’application PASS pour smartphone.

Plus d’un million de citoyens ont déjà choisi d’opter pour cette alternative, ce qui représente plus de 3 % de l’ensemble de la population des conducteurs du pays. Selon Statista, la Corée du Sud comptait plus de 32,6 millions de conducteurs titulaires d’un permis de conduire en 2019.

Le permis de conduire numérique est la première carte d’identification numérique autorisée qui peut être utilisée dans le pays qui a été approuvée par le ministère sud-coréen des sciences et des TIC en septembre 2019.

Il devrait rendre le transport et l’identification plus pratiques pour les conducteurs, en particulier ceux qui ont pour priorité d’emporter leur smartphone lors de leurs déplacements.

Le développement du projet a débuté en mai, sous la responsabilité de l’Agence nationale de la police et en collaboration avec l’Autorité coréenne de la circulation routière, SK, KT, et LG U+. En juillet, 27 des centres d’examen du permis de conduire du pays avaient déjà intégré l’utilisation de l’application PASS pour le renouvellement et la réémission des permis de conduire numériques.

Ces permis numériques peuvent également répondre aux exigences en matière d’identification et de preuve d’âge – les citoyens sont invités à présenter une preuve dans les magasins de proximité et les chaînes de magasins qui vendent des cigarettes et de l’alcool. Un code-barres ou un code QR sera présenté sur l’application pour que les détaillants et les commerçants puissent vérifier leur âge et les résidents non coréens pourront montrer la version anglaise de leur permis.

Au-delà de la délivrance de permis, d’autres secteurs connexes du transport, tels que la location de voitures et les services de transport partagé, envisagent également la possibilité de faire fonctionner ces pièces d’identité comme alternative aux contrôles de vérification en face à face.

La Corée du Sud a rapidement intégré différentes applications de la technologie blockchain dans de nombreux secteurs. Les habitants de la plage de Busan ont récemment été informés qu’ils peuvent désormais payer leurs services en utilisant le Bitcoin (BTC) et l’Ethereum (ETH), tandis que le programme de paiement de Seongnam travaille sur une extension qui permettra d’émettre de nouveaux chèques-cadeaux numériques.

La KEB Hana Bank, l’une des plus grandes banques de Corée du Sud, s’est également associée à la Korea Expressway Corporation pour le développement d’un système de péage basé sur le blockchain pour les autoroutes du pays.

Outre la Corée du Sud, le gouvernement australien de la Nouvelle-Galles du Sud a également étudié la possibilité de faire passer les licences existantes à des formats numériques en utilisant la blockchain. Fin 2018, il a annoncé qu’il expérimentait des licences numériques basées sur Ethereum, qui pourraient bientôt remplacer les copies physiques.

Traduit par Carolane de Palmas

FOREX.com
CEX.IO
Bittrex
L'un des plus grands échanges de crypto-monnaie
Volume élevé sur toutes les paires
Parfait pour les grands et petits acheteurs / vendeurs
Commencez à trader