L’essor des CBDC et leur signification pour les crypto-monnaies

La plupart des banques centrales du monde entier envisagent de mettre en place des CBDC, ce qui pourrait avoir des effets dramatiques sur les finances et la liberté des personnes

Image du bâtiment du FMI
Le FMI affirme que nous sommes sur le point d’assister à la plus grande refonte du système financier mondial depuis Bretton Woods

Les monnaies digitales de banque centrale (CBDC) ont été un sujet d’actualité important ces derniers temps, de nombreuses banques centrales ayant été inspirées par le Bitcoin pour explorer la possibilité d’un lancement de CBDC comme un complément aux espèces dans leurs pays.

Une CBDC est un jeton de paiement numérique qui diffère des crypto-monnaies car il est émis et garanti par une banque centrale. Il a donc cours légal et sa masse monétaire est contrôlée par une entité centrale.

Environ 70 % des banques centrales du monde entier participent aux recherches sur les CBDC – même la Réserve Fédérale américaine a pris le train en marche cette année – et certaines sont actuellement en phase de test comme le yuan numérique de la Banque populaire de Chine. Parmi les prochains lancements de CBDC figurent le Sand Dollar des Bahamas et le Sovereign des Îles Marshall.

La directrice générale du Fonds Monétaire International (FMI), Kristalina Georgieva, a parlé jeudi du monde confronté à un « nouveau moment Bretton Woods » (en référence à la conférence internationale de 1944 qui a conduit à la création du FMI et au système monétaire actuel).

Aujourd’hui, le FMI accueille une conférence virtuelle sur « Les paiements transfrontaliers – Une vision pour l’avenir » (Cross-Border Payment – A Vision For The Future) qui portera sur les monnaies numériques et leurs implications macro-financières.

Les CBDC pourraient présenter de nombreux avantages. Elles faciliteraient le déploiement des paiements, ce qui simplifierait considérablement la logistique complexe de la distribution des chèques de relance américains par exemple.

Dans les nombreux endroits où les gens doivent parcourir de longues distances pour se rendre à un distributeur automatique, les CBDC permettraient d’inclure les non-bancarisés en supprimant le besoin de se rendre dans les banques commerciales – puisque les gens de partout pourraient contrôler leurs finances depuis leur téléphone.

Cependant, il y a aussi des inconvénients. Les CBDC pourraient annoncer une sorte d’attaque contre la vie privée et la liberté. Ils pourraient conduire à l’automatisation de la collecte des impôts et permettre au gouvernement de suivre tout ce que vous faites en lui donnant le pouvoir de couper l’accès à votre argent si vous ne respectez pas les règles.

De nombreux acteurs du monde des crypto-devises ont partagé leur avis sur le question.

Le fondateur et PDG de Real Vision, Raoul Pal, a par exemple déclaré hier sur Twitter que les CBDC signifieraient « … un accord implicite au niveau du FMI selon lequel les banques centrales peuvent avoir des bilans illimités si elles combinent leurs forces… elles peuvent alors toutes convenir d’augmenter leurs bilans ensemble pour éviter que des pays individuels soient pénalisés via le FX ».

Tout cela pourrait être une bonne nouvelle pour le Bitcoin, car une devise dont l’offre monétaire est fixe et qui n’est pas influencée par les gouvernements. Ainsi, le jeton pourrait bien être très demandé dans un monde post-CBDC.

Traduit par Carolane de Palmas