L’Estonie annule les licences de 500 crypto-entreprises

Après un scandale de plusieurs milliards de dollars, le pays prend des mesures importantes pour lutter contre le blanchiment d’argent

Tallinn, Estonie
Ces mesures ont été prises après qu’une succursale estonienne de la banque Danske ait été impliquée dans un scandale de blanchiment d’argent massif

Dans un effort pour réprimer les transactions financières illicites et les activités criminelles après qu’une succursale estonienne de la Danske Bank ait été impliquée dans un scandale de blanchiment d’argent de 220 milliards de dollars, le pays a annulé les licences de 500 sociétés opérant dans l’industrie des crypto-monnaies.

Le nombre d’entreprises fermées représente plus de 30 % de l’ensemble des crypto-entreprises du pays.

Madis Reimand, chef de la cellule de renseignement financier estonienne (FIU), a expliqué que cette décision était une étape préventive visant à assainir l’industrie. Cependant, il a également souligné que cette initiative vise à renforcer les réglementations pour faire face aux risques de blanchiment d’argent, et non à paralyser le secteur.

Alors qu’elle révoquait les licences, la FIU a ciblé les entreprises qui n’avaient pas démarré leurs activités dans les six mois suivant l’obtention de leur licence. Selon cet article de Bloomberg, les régulateurs estoniens craignaient que les sociétés de crypto-monnaies, en particulier les plateformes d’échange de crypto-devises, n’aient été utilisées pour faciliter des transferts illégaux sur leurs plateformes.

« C’est une première étape dans l’assainissement du marché. Elle nous permet de nous occuper des questions les plus urgentes en n’autorisant les opérations que pour les entreprises qui peuvent être soumises à la surveillance et aux mesures coercitives estoniennes » a déclaré Reimand.

L’Estonie, un État balte du nord-est de l’Europe, a récemment été mise sous les feux des projecteurs lorsqu’un scandale de plusieurs milliards de dollars a été révélé. Le plus grand prêteur du Danemark, la Danske Bank, avait une petite succursale estonienne qui a été accusée d’avoir facilité le blanchiment de plus de 223 milliards de dollars.

Cet incident a miné la capacité des autorités monétaires de ce petit pays à gérer le risque de blanchiment d’argent, notamment dans l’industrie des crypto-monnaies. La répression a été appliquée pour s’assurer que l’industrie locale des crypto-monnaies ne sera pas utilisée dans des activités financières illicites, car l’ensemble du secteur est classé à haut risque.

Avant la révocation massive des licences, l’Estonie était considérée comme un paradis pour les crypto-monnaies. Elle a été l’une des premières nations européennes à libéraliser la crypto-monnaie en 2017. Dans les trois années qui ont suivi, le gouvernement a délivré 1 400 licences à des sociétés de crypto-monnaies.

De nos jours, le gouvernement a limité la capacité des entreprises à obtenir des licences de crypto-monnaie dans le cadre de ses efforts pour atténuer le risque de blanchiment d’argent. Le délai de traitement des autorisations est désormais de trois mois, soit trois fois plus que les 30 jours qui étaient nécessaires auparavant. De plus, le coût d’obtention d’une licence est passé à 3 300 € (3 710 $), soit une augmentation significative par rapport aux 300 € de frais précédents.