Home > News > L’euro numérique respectera la vie privée des utilisateurs déclare la BCE

L’euro numérique respectera la vie privée des utilisateurs déclare la BCE

Un membre exécutif de la Banque Centrale Européenne (BCE) a déclaré que l’euro numérique devrait préserver la vie privée des consommateurs puisque l’organisme européen n’a aucun intérêt commercial dans les données personnelles des utilisateurs.

Fabio Panetta, membre du conseil d’administration de la Banque Centrale Européenne, est convaincu que la BCE respectera les données des consommateurs puisqu’elle n’a aucun intérêt commercial dans ces données. Il a souligné qu’elle préserverait davantage la vie privée des consommateurs que les stablecoins privés émis par les entreprises technologiques.

Dans une récente interview au Financial Times, Panetta a déclaré : « Si la banque centrale s’implique dans les paiements numériques, la protection de la vie privée sera mieux protégée […] car nous ne sommes pas comme des entreprises privées. Nous n’avons aucun intérêt commercial à stocker, gérer ou monétiser les données des utilisateurs ».

La BCE, comme plusieurs autres banques centrales dans diverses parties du monde, travaille au développement et à l’émission de leurs monnaies digitales de banque centrale (CBDC). La nécessité de développer les versions numériques des monnaies fiduciaires par les banques centrales est apparue en raison de la popularité croissante des stablecoins et de la menace potentielle que représente le lancement imminent du stablecoin Libra de Facebook.

Les banques centrales ne veulent pas céder le contrôle financier à de grandes entreprises technologiques comme Facebook, d’où la nécessité de développer et d’émettre des CBDC. La BCE, sous la direction de Christine Lagarde, étudie activement les différents moyens de déployer l’euro numérique.

Panetta a déclaré au Financial Times que les stablecoins comme Libra devraient être appelés « jetons instables ». La BCE a souligné à plusieurs reprises que les banques centrales doivent prêter attention aux CBDC. Selon l’institution européenne, les banques centrales qui ne le font pas risquent d’exposer leurs systèmes financiers et de céder le contrôle aux géants technologiques étrangers à l’avenir.

Certains pays, comme la Chine, ont fait d’énormes progrès dans le développement de leurs CBDC. La deuxième plus grande économie du monde teste déjà le Yuan numérique pour voir comment il se comporte dans le monde réel.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser notre contenu et nos publicités, fournir des fonctionnalités pour les médias sociaux et vous offrir une meilleure expérience. En continuant à naviguer sur le site ou en cliquant sur “OK, merci”, vous consentez à l’utilisation de cookies sur ce site.