Libra : La BCE souligne les risques d’un manque de régulation

Selon le journal économique et financier Bloomberg, Benoît Coeuré, membre de la Banque Centrale Européenne, aurait déclaré ce week-end que les régulateurs financiers doivent agir rapidement pour se préparer au développement de la crypto-devise de Facebook (Libra).

Un vide réglementaire autour de Libra n’est pas envisageable

Le membre du Directoire de la BCE déclare qu’il est « hors de question » de laisser les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) créer et développer leurs propres monnaies privées sans réglementation. 

« On a laissé les GAFA se développer dans un vide réglementaire pour toutes leurs activités commerciales » explique-t-il. « Il est hors de question de les laisser se développer dans un vide réglementaire pour des activités de services financiers, parce que c’est trop dangereux » prévient-il.

Facebook dévoile sa nouvelle crypto-devise

Comme nous l’expliquions dans notre article, le réseau social américain Facebook a récemment dévoilé son projet de stable coin (Libra) qui sera disponible aux utilisateurs de ses autres réseaux sociaux comme WhatsApp ou Instragram. Ce projet devrait permettre au géant américain d’entrer dans le monde des services financiers. 

L’influence de Facebook sur la crypto-devise et son fonctionnement pourrait être immense notamment avec Calibra

Pour soutenir le développement de moyen de paiements disponibles dans le monde entier via sa devise virtuelle, Facebook a aussi créé Calibra géré par David Marcus. Ce dernier est aussi le chef du département blockchain de Facebook.

David Marcus aurait d’ailleurs déclaré que le rôle Facebook dans ce projet n’est pas aussi large que ce la majorité des analystes peuvent penser…

« Facebook ne contrôlera pas le réseau, la monnaie ou la réserve qui la soutient. Facebook ne sera que l’un des plus de cent membres de l’Association Libra au moment de son lancement. Nous n’aurons aucun droit ou privilège spécial ». 

Mais n’oublions pas que David Marcus est aussi le patron de l’équipe blockchain de Facebook. Sans parler que Calibra est détenue à 100 % par Facebook et permet à la société de Mark Zuckerberg de gérer les futures services financiers de Facebook en proposant un portefeuille pour les jetons Libra.

En effet, il est nécessaire pour un utilisateur de crypto-devises d’avoir un endroit où conserver ses jetons. C’est à ce moment-là qu’entre en jeu les portefeuilles ou wallets qui permettent de  stocker des crypto-devises dans le but de les utiliser ultérieurement.

Ascannio / Shutterstock.com

Le Congrés américain affiche son opposition nette à la crypto-devise de Facebook et demande un moratoire

« Il semble que ces produits se prêtent à un tout nouveau système financier mondial basé en Suisse et qu’il est destiné à concurrencer la politique monétaire américaine et le dollar » a déclaré le Comité. 

« Cela soulève de sérieuses préoccupations en matière de vie privée, de commerce, de sécurité nationale et de politique monétaire. Non seulement pour les plus de 2 milliards d’utilisateurs de Facebook, mais également pour les investisseurs, les consommateurs et l’ensemble de l’économie mondiale » a-t-il ajouté.

C’est ainsi que le Congrés américain a demandé un moratoire sur le développement de la crypto-devise Libra Coin, mais également sur celui du portefeuille sur mesure du réseau social, Calibra.