L’Université d’État de l’Arizona utilise une application blockchain pour le suivi des cas de COVID-19

L’application basée sur la blockchain, appelée HealthCheck, sera utilisée pour suivre quotidiennement tous les étudiants et employés sur place

The Arizona State University logo
The university will be using a blockchain-based app to stem the spread of COVID-19 infections

Alors que le nombre de cas de coronavirus augmente aux États-Unis, en partie à cause du début du semestre d’automne, les universités s’efforcent de mettre en œuvre des mesures de distanciation sociale renforcées afin d’atténuer la diffusion rapide de l’infection.

L’Université d’État de l’Arizona (ASU), en particulier, est l’une des universités les plus durement touchées du pays. C’est l’une des plus grandes universités publiques des États-Unis, ce qui a rendu la gestion de la crise de santé publique plus difficile pour les administrateurs.

L’institution a dû faire face à plus de 2 500 cas signalés au 5 novembre et elle fait maintenant un pas en avant dans la lutte contre la crise en utilisant une application de test et de traçabilité. Les 74 500 étudiants sur place, ainsi que les 12 400 employés, ont été mandatés pour utiliser une application mobile basée sur la technologie blockchain.

L’application de dépistage et d’état de santé, appelée HealthCheck, a été conçue par Safe Health Systems (SHS). Partenaire de la clinique Mayo, SHS a signé un accord avec Hedera Hashgraph pour enregistrer, suivre et vérifier les événements en temps réel grâce à l’utilisation de la technologie des registres distribués.

L’application HealthCheck est alimentée par SAFE, une plateforme de santé numérique qui a été développée avec l’aide de la clinique Mayo et du programme MedTech Accelerator de l’ASU Health Care. La plateforme est chargée de générer des identifiants de santé numériques ainsi qu’un registre vérifiable de tous les événements. Dans le cas du HealthCheck, les identifiants et les journaux seront vérifiés et stockés à l’aide du Hedera Consensus Service.

Toutes ces technologies ont été mises en œuvre pour garantir que les informations sensibles sur la santé resteront privées et que tous les rapports de données seront précis et responsables. L’annonce de HealthCheck a spécifiquement souligné l’importance de la coordination avec les compagnies d’assurance santé privées dans ses efforts de suivi des données, comme l’a expliqué le directeur général de SHS, Ken Mayer.

« Nous avons besoin d’informations beaucoup plus précises sur les cas de COVID-19 dans les différentes populations pour pouvoir diagnostiquer, traiter et faire des choix intelligents sur la manière dont nous abordons la réponse communautaire au virus, en évitant de recourir à une approche de type « peanut butter ». Ce n’est qu’avec ce type d’informations, partagées entre les fournisseurs de manière intelligente, sûre et inviolable, que nous pourrons commencer à aller de l’avant ».

Plusieurs universités américaines ont déclaré avoir connu un succès significatif avec le lancement de programmes internes de tests de surveillance qui testent les étudiants de façon aléatoire, qu’ils présentent ou non des symptômes d’infection. Bien que ces programmes n’accordent pas autant d’importance à la confidentialité des données, les mesures de tests généralisés et aléatoires ont permis à ces universités de maintenir l’apprentissage en personne tout au long des semestres d’automne et de printemps.

Traduit par Carolane de Palmas