Home > News > L’utilisation criminelle des privacy wallets serait en hausse

L’utilisation criminelle des privacy wallets serait en hausse

Les portefeuilles de protection de la vie privée tels que le Wasabi Wallet remplacent rapidement les mélangeurs de jetons (coin mixers) comme moyen de dissimuler les traces de crypto-monnaies

L’utilisation des portefeuilles de protection de la vie privée par les criminels a fortement augmenté cette année selon une étude publiée la semaine dernière par la société d’analyse blockchain Elliptic.

Les données montrent que si seulement 2 % de tous les produits de la criminalité en Bitcoins ont été envoyés via des portefeuilles de protection de la vie privée en 2019, ce chiffre est passé à au moins 13 % cette année, ce qui représente le blanchiment de plus de 160 millions de dollars provenant d’arnaques, de vols et de marchés noirs.

Les gros titres de cette année en sont la preuve : l’arnaque en Bitcoins sur Twitter en juillet dernier a permis de pirater 130 comptes très médiatisés et de soutirer plus de 110 000 $. Puis, en septembre, la crypto-bourse KuCoin, basée à Singapour, a été piratée pour 280 millions de dollars en crypto-monnaies.

Dans ces deux cas, les fonds volés ont ensuite été blanchis par le biais du Wasabi Wallet, un portefeuille de protection de la vie privée ouvert et non privatif. Le Wasabi Wallet met en relation les personnes cherchant à effectuer des transactions CoinJoin – une méthode sans confiance qui consiste à combiner plusieurs paiements en Bitcoins de différents expéditeurs en une seule transaction afin de rendre l’expéditeur et le destinataire de paiements spécifiques difficiles à déterminer pour des parties extérieures.

Le portefeuille Wasabi facilite le processus pour les utilisateurs en créant les transactions à leur place.

Le blanchiment de Bitcoins n’est pas nouveau – la nature publique et immuable de la blockchain où les transactions sont enregistrées signifie que la vie privée peut être facilement brisée par l’utilisation de nœuds de surveillance d’adresse IP, l’analyse « taint », le suivi des paiements, le « web-spidering » et de nombreux autres mécanismes.

Ainsi, les criminels ont souvent cherché des moyens de dissimuler la piste de leur argent aux agents des forces de l’ordre.

Auparavant, cela se faisait principalement par l’utilisation de mélangeurs ou de tumblers – des services qui dissocient les jetons de leur propriétaire en mélangeant leur Bitcoin avec celui d’autres utilisateurs dans le pool de mélange, moyennant des frais compris entre 0,5 % et 5 %.

À ce jour, plus de 2 milliards de dollars de Bitcoins ont été envoyés par le biais de mélangeurs.

Cependant, l’utilisation de mélangeurs comporte des risques comme la disparition de l’opérateur anonyme avec les Bitcoins déposés ou le fait qu’il se révèle être un agent de la force publique sous couverture.

En effet, de nombreux régulateurs financiers sévissent contre les services de mixage tels que Helix, qui a été frappé d’une amende de 60 millions de dollars en octobre pour violation de la loi sur le secret bancaire.

Il n’est donc peut-être pas surprenant que les criminels soient passés de l’utilisation de mixers à celle de portefeuilles de protection de la vie privée au cours des dernières années, ce qui représente un nouveau défi pour les services répressifs, les autorités de régulation financière et les professionnels de la compliance qui tentent d’éradiquer la criminalité financière dans l’espace des crypto-monnaies.

Traduit par Carolane de Palmas