Microsoft, Nasdaq et IBM révèlent une nouvelle ONG qui établira des normes liées à l’éco-système des tokens

L’InterWork Alliance est une ONG qui travaille à l’élaboration d’un cadre standardisé qui permettra aux entreprises de s’adapter plus rapidement à l’écosystème des tokens

Une réunion de business
Les entreprises ont des difficultés à s’adapter à la tokenisation car elles ne peuvent se référer à aucune norme pour les guider dans le processus.

L’InterWork Alliance (IWA) a officiellement débuté ses activités en tant que plateforme neutre et organisation à but non lucratif axée sur la création de normes dont le cadre légal du secteur a besoin pour favoriser un environnement propice à l’innovation dans des écosystèmes pour les tokens.

L’IWA compte déjà 36 membres, dont beaucoup sont des entreprises de renom dans les secteurs de la technologie, de la banque et de la blockchain comme IBM, Accenture, Microsoft, ING, SDX, UBS, Nasdaq, Digital Asset, Neo Global Development, Hedera Hashgraph et R3.

Le président de l’IWA, Marley Gray, qui est également le principal architecte de Microsoft, a discuté de l’avenir de l’organisation ainsi que des intentions de l’alliance dans une interview avec Jason Brett, collaborateur de Forbes.

Interrogé sur l’aspect « interfonctionnement » de l’alliance, Marley Gray a expliqué qu’il s’agit « d’un état ou d’un exemple de deux ou plusieurs choses qui travaillent ou sont amenées à travailler ensemble ». En conséquence, l’objectif de l’IWA est de développer l’« interfonctionnement » dont les entreprises ont besoin pour promouvoir l’adoption généralisée des tokens.

Pour faire progresser la tokenisation sur le lieu de travail, l’IWA s’efforce de permettre aux organisations de « décrire leurs processus commerciaux de base d’une manière neutre, sans s’engager dans une plateforme technologique comme première étape ».

Selon Gray, le développement d’une approche neutre sur le plan technologique permet de relever les défis de la mise en œuvre de la tokenisation à un niveau supérieur, celui des processus commerciaux, où les développeurs peuvent travailler sur les besoins de chaque plateforme.

Le principal défi auquel l’IWA est actuellement confronté concerne l’absence d’un ensemble standardisé de normes, ainsi que de définitions et de spécifications au niveau de l’entreprise.

L’objectif à long terme de l’IWA est de se concentrer sur la durabilité, le financement du trading, les produits dérivés, la sécurité et la chaîne d’approvisionnement. Dans les prochaines années, l’organisation espère utiliser des tokens pour acheter, vendre et échanger toutes sortes de biens et de services.

Ron Resnick, président de l’IWA, a souligné que les entreprises sont désireuses de créer des modèles commerciaux basés sur les tokens sans avoir à l’esprit une technologie de plateforme.

« Pour que cette approche fonctionne, il est urgent d’établir des normes pour définir ce qu’est un token et comment ses comportements contractuels fonctionneront » a-t-il déclaré.

Gray a noté que si le concept de valeur tokenisée n’est pas nouveau et provient de l’industrie de la blockchain, son utilité ne se limite pas à alimenter les crypto-monnaies.

« Il nous est apparu assez clairement qu’il n’est pas nécessaire de lier des tokens à des blockchains, et que la blockchain n’est en fait que la première étape de ce qui est une approche beaucoup plus large et ambitieuse pour examiner la façon dont les organisations travaillent ensemble » a expliqué Gray.

Traduit par Carolane de Palmas

FOREX.com
LonghornFX
CEX.IO
Marge de négociation
Conformité légale
jalonnement crypto-monnaie
Commencez à trader