Home > News > Nigeria: La Banque Centrale interdit les cryptos provoquant de vives réactions

Nigeria: La Banque Centrale interdit les cryptos provoquant de vives réactions

La CBN a publié deux lettres au cours du week-end interdisant aux banques de traiter avec les crypto-monnaies et précisant que cette règle n’était pas nouvelle car elle est en vigueur depuis le début de 2017

Vendredi, la Banque Centrale du Nigeria (CBN) a adressé une lettre aux institutions financières du pays, déclarant que « … le traitement des crypto-monnaies ou la facilitation des paiements pour les crypto-bourses sont interdits ».

La lettre leur demandait également « … d’identifier les personnes et/ou entités effectuant des transactions ou exploitant des crypto-bourses dans leurs systèmes et de veiller à ce que ces comptes soient fermés immédiatement ». La banque a aussi un avertissement selon lequel le non-respect de cette obligation entraînerait des sanctions réglementaires sévères.

Les crypto-monnaies ont gagné en popularité au Nigeria tout au long de l’année 2020, alimentées par la pandémie et la dévaluation du naira par la CBN. Les jeunes Nigérians, en particulier, se sont tournés vers les crypto-monnaies pour protéger leurs économies des extorsions de la brigade spéciale de lutte contre le vol (SARS), ainsi que pour collecter des fonds pour les manifestations.

En fait, les données de Google Trends montrent que le Nigeria a fait plus de recherches sur les « Bitcoins » que tout autre pays au cours des 12 derniers mois et Quartz Africa a révélé à la fin de l’année dernière que le Nigeria était devenu le deuxième plus grand marché de Bitcoin en volume derrière les États-Unis.

Suite à la directive de la CBN, Binance Nigeria a annoncé qu’il suspendait les dépôts en naira, ce qui a entraîné une forte réaction de rejet des propos tenus par la CBN, beaucoup suggérant que l’interdiction est un pas en arrière et qu’elle poussera de nombreux Nigérians à éviter complètement les institutions financières au profit des crypto-bourses.

Après les réactions à la lettre de vendredi, la CBN a publié dimanche une deuxième lettre de 5 pages justifiant sa position. La deuxième lettre précisait que la première lettre ne constituait pas un changement mais simplement une réitération des restrictions énoncées dans une circulaire antérieure datée du 12 janvier 2017.

La CBN a également affirmé que sa position n’était pas aberrante en listant 16 autres pays qui ont restreint l’utilisation des crypto-monnaies et en suggérant que ces devises comportent des risques importants et qu’elles sont utilisées pour des activités criminelles telles que le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

La lettre poursuit en détaillant diverses objections aux crypto-monnaies du monde entier, comme le fait que Warren Buffet les qualifie de « rat poison squared » et que le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Andrew Bailey, s’inquiète de l’extrême volatilité de leurs prix.

La CBN a conclu en affirmant que le Nigeria restera un leader dans le développement des FinTech en raison de son système de paiement et de ses initiatives, y compris les principes de sandbox réglementaire et de banque ouverte.

Traduit par Carolane de Palmas

Tags: