Nouvelle-Zélande : La banque centrale intensifie ses recherches sur les CBDC

Le gouverneur adjoint de la Banque Centrale de Nouvelle-Zélande, Christian Hawkesby, a noté que la demande globale d’espèces est en baisse

Photo de Queen Street, Auckland, Nouvelle-Zélande
La Banque centrale reste ouverte à la possibilité de créer une CBDC dans le futur

La banque centrale de Nouvelle-Zélande a annoncé qu’elle prévoyait de mener des recherches approfondies sur les crypto-monnaies. Cependant, elle a précisé qu’elle n’a pas encore de projets « imminents » concernant l’introduction d’une CBDC de sa propre monnaie.

Christian Hawkesby, le gouverneur adjoint et directeur général du Economics, Financial Markets, and Banking Group, a donné un aperçu de la position de la Nouvelle-Zélande en matière de monnaie digitale de banque centrale (CBDC) dans un discours prononcé devant la Royal Numismatic Society of New Zealand lundi 19 octobre.

S’il a bien noté que la banque centrale avait un rôle à jouer dans la gestion de la devise et la nécessité de se pencher sur l’avenir de la monnaie, Hawkesby a également précisé que le pays n’avait pas prévu dans l’immédiat de créer sa propre CBDC.

« Aujourd’hui, la grande majorité des soldes monétaires de la Nouvelle-Zélande sont représentés numériquement et les billets de banque ne représentent que 7 à 9 % de l’argent liquide » a expliqué Hawkesby en soulignant que l’argent liquide est moins utilisé comme moyen de paiement et que, dans l’ensemble, l’accès à l’argent liquide est en déclin.

Hawkesby a tout d’abord donné un aperçu de l’histoire de la monnaie en Nouvelle-Zélande, en notant que les Maoris n’ont pas émis de monnaie fiduciaire sous quelque forme que ce soit. Il a ensuite évoqué le rôle de l’argent liquide en pleine pandémie, les crypto-monnaies et le rôle de la banque centrale pour aller de l’avant.

Cependant, Hawkesby a soutenu que l’argent liquide avait ses avantages comme son rôle dans les paiements pair-à-pair. Il a également suggéré qu’il y a eu une augmentation de la demande d’argent liquide pendant les premiers mois du confinement lié au COVID-19 et que la circulation d’argent liquide a continué à augmenter même au cours du deuxième trimestre 2020.

L’Australie, qui est le plus proche voisin de la Nouvelle-Zélande, a également déclaré récemment qu’elle n’avait pas besoin d’une CBDC de détail. Tony Richards, le responsable de la politique des paiements à la Banque Centrale d’Australie (RBA), a déclaré que « la RBA estime qu’aucun argument de politique publique solide n’a encore été avancé en faveur de l’introduction d’une CBDC à usage général ».

Richards a déclaré que l’Australie dispose déjà d’un réseau de paiement solide, capable de répondre aux besoins des particuliers et des entreprises. Par conséquent, la RBA ne voit pas encore de moyen pour les CBDC de détail d’apporter une nette amélioration à l’infrastructure existante du pays.

Toutefois, Richards a révélé que la RBA surveille les développements qui entourent les devises numériques souveraines. De nombreux pays, tels que le Canada, ont étudié la possibilité de créer leur propre CBDC.

Traduit par Carolane de Palmas