Actualités

Le PDG de Visa ne ferme pas la porte aux cryptos

0 Comments

Le 25 octobre dernier, Al Kelly, le PDG de Visa, s’est entretenu avec Jim Cramer dans l’émission Mad Money diffusée sur la chaîne américaine CNBC. Lors de l’entrevue, Kelly a exposé sa vision sur les monnaies cryptographiques comme le Bitcoin (BTC) et l’Ethereum (ETH).

Al Kelly se dit prêt à explorer les possibilités offertes par les cryptomonnaies

Le PDG de Visa a dit qu’il ne fermait pas la porte aux monnaies virtuelles

Questionné par l’animateur Jim Cramer sur ce qu’il pensait des devises digitales, Al Kelly s’est empressé d’affirmer que les monnaies virtuelles ne menaçaient pas le modèle économique de Visa.

Kelly a même déclaré qu’il était ouvert à l’idée d’offrir des tokens virtuels lorsque les cryptos ressembleront davantage aux monnaies traditionnelles. Notons que les devises étatiques diffèrent des cryptomonnaies, car elles sont souvent moins volatiles et elles sont reconnues par les gouvernements à travers le monde.

Nous vous rappelons que le cours du Bitcoin a connu de fortes périodes de volatilité ces dernières années. Alors que chaque Bitcoin ne valait que 450$ en mai 2016, le prix du BTC a par la suite explosé pour frôler la barre des 20 000$ en décembre 2017. Il s’en est suivi une correction sévère et le cours du BTC a dégringolé jusqu’à 5 750$ en juin dernier, son point le plus bas de l’année 2018. À l’heure actuelle, le prix du Bitcoin est d’environ 6 450$. Néanmoins, les choses pourraient bientôt changer, car une étude réalisée par l’Institut de physique nucléaire de l’Académie polonaise des Sciences a démontré que le prix du Bitcoin était maintenant beaucoup plus stable.

De plus, le PDG de Visa pense que les tokens virtuels appartiennent à la classe des matières premières et ne sont pas encore utilisés véritablement comme des méthodes de paiement. Al Kelly a déclaré que Visa voulait servir d’intermédiaire dans tous les paiements effectués, et ce, peu importe la devise employée.

Nous portons à votre attention que le secteur des devises cryptographiques tisse des liens de plus en plus étroits avec les institutions financières. Par exemple, Coinbase a récemment ouvert un compte bancaire au Royaume-Uni. La société pourra donc dorénavant offrir des services de paiement sur le sol britannique ainsi que dans 23 pays membres de l’Union européenne (UE). De même, Coinbase et Circle ont décidé de faire équipe pour lancer l’USD Coin (USDC). Il s’agit d’un stablecoin dont la valeur est garantie par des montants détenus en USD.

Visa s’associe malgré elle aux monnaies virtuelles

L’entreprise Crypto.com offrira des cartes de crédit Visa prépayées

Bien que Visa n’offre pas encore de services aux gens voulant acheter du Bitcoin ou acheter du Ripple (XRP), Crypto.com a récemment annoncé que l’entreprise offrait au public des cartes de crédit Visa prépayées avec des cryptomonnaies. Ces cartes peuvent déjà être utilisées par les résidents de Singapour et la société se prépare à s’ouvrir sur la scène internationale.

Enfin, Crypterium, une entreprise offrant des services bancaires aux adeptes des cryptos, a recruté Marc O’Brien, l’ancien responsable de la division britannique et irlandaise de Visa. En mai dernier, ce dernier avait déclaré qu’il « croyait fermement que la cryptomonnaie était sur le point de devenir mainstream » et qu’il voulait faire partie des pionniers de cette révolution.

Rate this post

Ajoutez un commentaire

Investir est spéculatif. Lorsque vous investissez votre capital est à risque. Ce site n’est pas destiné à être utilisé dans les juridictions dans lesquelles les opérations ou les investissements décrits sont interdits et ne devraient être utilisés que par des personnes et selon les méthodes légalement autorisées. Votre investissement peut ne pas bénéficier de la protection des investisseurs dans votre pays ou dans votre pays de résidence. Veuillez effectuer votre propre vérification préalable. Ce site Web est gratuit pour vous, mais nous pouvons recevoir des commissions des sociétés que nous présentons sur ce site. Cliquez ici pour plus d’informations.