Premier cas de crypto-cybercriminalité en Australie : une femme inculpée pour possession illégale de Bitcoins

Le premier cas de cybercriminalité en Australie concerne l’échange illégal d’argent liquide contre des crypto-monnaies. Le commissaire de la brigade de lutte contre la cybercriminalité a déclaré que cette arrestation est la première d’une longue série. 

La brigade de lutte contre la cybercriminalité
Le commissaire de la brigade de lutte contre la cybercriminalité, Matthew Craft, a averti les plateformes d’échanges non enregistrées qu’il s’agit de la première d’une longue série d’arrestations

L’Australie a connu son premier cas de cybercriminalité enregistré concernant les crypto-monnaies avec une femme non identifiée accusée d’avoir échangé illégalement de l’argent liquide contre des Bitcoins (BTC).

Le suspect, femme de 52 ans, a été localisée et arrêtée hier dans un centre commercial de Burwood. Elle est accusée d’être membre d’un gang qui tire profit de l’échange illégal de Bitcoins.

La police de Nouvelle-Galles du Sud (NSW) a saisi 60 000 dollars australiens en espèces et 56 694,43 dollars australiens de Bitcoins.

Cette femme a été accusée de trois chefs d’accusation comme d’avoir sciemment traité les produits du crime et d’avoir enfreint les obligations liées aux services proposés par les crypto-bourses.

L’enquête sur cette femme a débuté en novembre 2018, lorsque Strike Force Kerriwah a été créée par des inspecteurs de la brigade de lutte contre la cybercriminalité du State Crime Command pour enquêter sur un gang de blanchiment d’argent sur Internet en Nouvelle-Galles du Sud. Le principal mode opératoire de ce gang consistait à échanger illégalement de l’argent liquide contre des crypto-monnaies.

Dans le cadre de l’enquête, le commissaire Matthew Craft, commandant de la brigade de lutte contre la cybercriminalité, affirme que le portefeuille de crypto-monnaies utilisé par les personnes impliquées a permis d’échanger 326 Bitcoins depuis 2017.

« Cela équivaut à plus de 5 millions de dollars [AUD] d’aujourd’hui. C’est une quantité importante de Bitcoins pour quelqu’un qui n’est pas une plateforme d’échange enregistrée » a déclaré Craft.

Craft a également révélé qu’un mandat de perquisition a été exécuté dans une maison à Hurstville hier, où ils ont saisi l’équivalent de 18 000 dollars australiens en Bitcoins, ainsi que des téléphones, des smartphones et des ordinateurs qui pourraient avoir été utilisés pour ces activités illégales.

« Cette enquête particulière est considérée comme une première en Australie, où les crypto-bourses non enregistrées qui opèrent ont été identifiées et, dans ce cas, des poursuites peuvent commencer » a-t-il ajouté.

Il est interdit par la loi australienne de fournir des services d’échange liés aux crypto-monnaies en Australie si l’on n’est pas enregistré pour le faire. Les conséquences possibles du non-respect de cette loi sont notamment des sanctions civiles, des pénalités, des avis d’infraction et des instructions de réparation entres autres.

 

Traduit par Carolane de Palmas

FOREX.com
LonghornFX
CEX.IO
Marge de négociation
Conformité légale
jalonnement crypto-monnaie
Commencez à trader