Procès contre Google et Facebook pour l’interdiction des publicités sur les crypto-monnaies

Le cabinet d’avocats australien JPB Liberty affirme que l’interdiction de la publicité sur les crypto-monnaies par les géants de la technologie en 2018 a tué le marché des ICO

Image du marteau avec le drapeau australien
L’action en justice a permis de recueillir plus de 600 millions de dollars de créances auprès de la communauté des crypto-monnaies

JPB Liberty, un cabinet d’avocats situé à Philip Bay, en Nouvelle-Galles du Sud, a déposé une action collective devant la Cour fédérale de Nouvelle-Galles du Sud. Le cabinet d’avocats allègue que Facebook et Google ont adopté un comportement anticoncurrentiel en interdisant la publicité sur les crypto-monnaies en 2018.

JPB soutient que l’interdiction, qui a été assouplie en 2019, a porté un coup sévère au marché de l’offre initiale de pièces (ICO) et a conduit à de graves dommages financiers pour l’ensemble du secteur des crypto-monnaies.

Le PDG de JPB Liberty, Andrew Hamilton, a fait valoir que ces deux sociétés très en vue avaient agi comme un cartel lorsqu’elles ont lancé l’interdiction de la publicité pour les crypto-monnaies. Il s’agirait d’une action stratégique et calculée visant à éliminer la possibilité de concurrence du secteur de la blockchain.

Le procès a réussi à recueillir plus de 600 millions de dollars de réclamations de la part de la communauté des crypto-monnaies. Les inscriptions des demandeurs resteront ouvertes jusqu’au 21 août.

Selon la page internet, « toute personne dans le monde qui a été affectée par les annonces de l’interdiction de la publicité sur les crypto-monnaies le 30 janvier (Facebook), le 14 mars 2018 (Google), les 25-27 mars (Twitter) et la mise en œuvre de l’interdiction par Google en juin 2018 » est invitée à s’inscrire.

De plus, les demandeurs n’ont pas besoin de payer pour participer à la procédure de recours collectif. La page internet indique que le cabinet d’avocats paiera les frais de gestion de l’affaire, ainsi que les frais de justice qui seraient encourus par l’autre partie si la procédure de recours collectif échoue.

Si le procès aboutit, une partie des dommages-intérêts auxquels le demandeur a droit sera versée à JPB Liberty et aux détenteurs de tokens qui ont financé le recours collectif.

Le seul coût lié à l’inscription est le droit d’un individu d’intenter un procès séparément.

Hamilton estime que le montant des réclamations peut atteindre 300 milliards de dollars avant la date limite.

Le PDG a également contesté le prétexte du géant de la technologie de protéger ses consommateurs contre les arnaques pour justifier l’interdiction des publicités sur les crypto-monnaies.

« Il y a des arnaques de crypto-monnaies sur YouTube – se faisant passer pour le PDG de Ripple ou le PDG de Binance. YouTube n’a pas réussi à interdire les arnaques à l’usurpation d’identité tout en interdisant la véritable entreprise » a-t-il affirmé.

Hamilton a souligné les résultats de recherches qui ont indiqué une tendance selon laquelle la majorité des arnaques associées aux crypto-monnaies impliquent des fraudeurs se faisant passer pour des personnalités de premier plan dans l’industrie de la blockchain. Il a également souligné la récente augmentation des arnaques d’usurpation d’identité par crypto-monnaies qui ont fait surface sur Youtube.

Traduit par Carolane de Palmas