Home > News > Résumé de la semaine : L’adoption de Venmo ne permet pas d’empêcher la chute du Bitcoin

Résumé de la semaine : L’adoption de Venmo ne permet pas d’empêcher la chute du Bitcoin

L’entreprise Venmo, qui appartient à PayPal, a mis en place un nouveau support pour les crypto-monnaies cette semaine, mais cette nouvelle n’a pas pu empêcher la poursuite de la chute du Bitcoin et des autres crypto-monnaies

Le prix du Bitcoin passe sous le niveau des 50 000 $

Le marché des crypto-monnaies a connu des pertes massives au cours de la semaine. Le Bitcoin a d’abord chuté de 60 000 $ le week-end dernier à 54 000 $, perdant plus de 10 % en seulement quelques heures.

Le marché s’est ensuite redressé au cours de la semaine, mais le Bitcoin se trade désormais sous les 50 000 $ après avoir perdu encore 10 % au cours des dernières 24 heures. La baisse s’est étendue à d’autres crypto-monnaies comme l’Ethereum, le Binance Coin, le Ripple et plusieurs autres jetons qui évoluent dans le rouge.

Venmo ajoute le support de 4 crypto-monnaies

Venmo, qui appartient à PayPal, a annoncé en début de semaine le support de nouveaux jetons. L’application de paiement a déclaré que ses 70 millions d’utilisateurs aux États-Unis pourront  maintenant acheter, vendre et stocker 4 jetons : le Bitcoin, l’Ethereum, le Bitcoin Cash et le Litecoin.

L’entreprise Venmo a ajouté que les utilisateurs peuvent également consulter les tendances de certaines crypto-monnaies et avoir accès à des guides et des vidéos explicatives dans l’application qui permettent de répondre aux questions les plus courantes.

L’application de paiement s’est aventurée dans l’industrie des crypto-monnaies quelques mois après que sa société mère, PayPal, ait commencé à offrir des services liés aux crypto-monnaies. Darrell Esch, premier vice-président de Venmo, a déclaré que ce dernier développement aiderait ses clients à explorer le monde des crypto-monnaies et à en apprendre davantage à leur sujet.

La société a déclaré que plus de 30 % de ses clients achètent déjà des crypto-monnaies, la plupart d’entre eux ayant rejoint le marché pendant la pandémie liée au Coronavirus.

La Chine considère les crypto-monnaies comme des actifs alternatifs

La Chine a reconnu pour la première fois les crypto-monnaies comme des véhicules d’investissement alternatifs. Li Bo, un gouverneur adjoint de la Banque Populaire de Chine (PBoC), a déclaré que la banque considère les crypto-monnaies comme des actifs alternatifs. Cependant, il a ajouté que l’institution considère qu’il existe toujours des risques réglementaires autour des crypto-monnaies.

C’est la raison pour laquelle la banque centrale a interdit les offres initiales de jetons (ICO) et les plateformes d’échange de crypto-monnaies d’opérer dans le pays il y a quelques années. La PBoC est également préoccupée par les stablecoins et estime qu’une régulation plus forte doit être mise en place pour mieux contrôler cette industrie.

La Chine était auparavant le plus grand marché au monde pour les crypto-monnaies, mais elle a perdu sa position après que le gouvernement ait interdit aux plateformes d’échange de crypto-monnaies d’opérer dans le pays.

Diem, la devise numérique développée par Facebook, sera lancée cette année

Alors que le projet a été retardé en raison de préoccupations réglementaires, le stablecoin Diem soutenu par Facebook devrait être lancé avant la fin de l’année. Facebook a d’abord parlé de ce projet de stablecoin en 2019 (alors appelé Libra). Le jeton devrait être un stablecoin universel adossé à de nombreuses devises fiats. Cependant, il s’est heurté à la résistance des régulateurs et des politiciens qui estiment que le jeton déstabilisera l’écosystème financier actuel.

Le projet a ensuite été rebaptisé Diem et une source proche du dossier a révélé que le stablecoin pourrait être lancé avant la fin de l’année. Dans un premier temps, Diem devrait être un stablecoin adossé au dollar avant de s’attaquer à d’autres devises fiat.

Le TIME accepte désormais les crypto-monnaies pour ses abonnements numériques

Le magazine centenaire Time a révélé en début de semaine qu’il allait commencer à accepter les crypto-monnaies comme moyen de paiement pour son abonnement numérique. La publication s’est associée à Crypto.com pour permettre aux abonnés des États-Unis et du Canada de payer certains de ses services avec des crypto-monnaies.

Le Time Magazine a l’intention d’étendre cette fonctionnalité de paiement aux abonnés d’autres régions du monde au cours des prochains mois. Les abonnés qui paient en crypto-monnaies effectueront un achat unique et bénéficieront pendant 18 mois d’un accès illimité au contenu de Time.com.

De plus, ils bénéficieront également d’événements et d’offres réservés aux abonnés. Cette décision fait suite au minage et à la vente aux enchères de quelques NFT, ainsi qu’à un partenariat avec Grayscale Investments pour la réalisation de vidéos sur les crypto-monnaies. La publication a même accepté de détenir des Bitcoins dans son bilan.

Les utilisateurs de la plateforme d’échange Thodex ne peuvent plus accéder à leurs fonds

Les utilisateurs de la plateforme d’échange de crypto-monnaies turque Thodex soupçonnent que la plateforme a subi d’énormes pertes car ils ne peuvent plus accéder à leurs fonds sur la plateforme de trading.

Le PDG de la plateforme d’échange, Fatih Ozer, est d’ailleurs injoignable et les utilisateurs pensent qu’il a fui le pays. La plateforme d’échange de crypto-monnaies compte près de 400 000 utilisateurs et le PDG est soupçonné de s’être enfui avec plus de 2 milliards de dollars.

Un groupe d’utilisateurs de la plateforme a engagé un avocat, Oguz Evren Kilic, pour déposer une plainte en justice. Les autorités ont réagi en lançant une enquête officielle sur l’incident. Ozer aurait fui en Albanie. À la suite de ce dernier développement, les autorités turques appellent à une régulation plus stricte de l’industrie des crypto-monnaies pour s’assurer que de tels incidents ne se reproduisent pas.

Le Royaume-Uni forme un groupe de travail pour une éventuelle devise numérique issue par la Banque d’Angleterre

Le Royaume-Uni a formé un groupe de travail pour étudier le développement potentiel d’une monnaie digitale de banque centrale (CBDC).

Le chancelier de l’Échiquier, Rishi Sunak, a annoncé la nouvelle en début de semaine, ajoutant que le groupe de travail est composé de représentants du Trésor et de la Banque d’Angleterre. Le ministre a déclaré que le Royaume-Uni allait intensifier ses efforts en faveur du développement des CBDC, car la plupart des pays voient désormais la nécessité d’en développer et d’en émettre une.

Le Royaume-Uni mettra également en place un nouveau « sandbox » d’infrastructures de marché financier pour les entreprises qui innovent avec des technologies du secteur telles que les technologies des registres distribués. Ce dernier développement place le Royaume-Uni dans la ligue des autres pays qui recherchent actuellement des moyens de développer et d’émettre une CBDC.

Louis Vuitton, Cartier et Prada adoptent une solution basée sur la blockchain pour une meilleure authenticité de leurs produits 

Les marques de luxe Louis Vuitton, Cartier et Prada ont adopté une solution blockchain qui aide les clients à vérifier l’authenticité des produits qu’ils achètent. Le service est mis à la disposition des clients qui recherchent un sceau d’authenticité supplémentaire pour leurs produits de luxe.

L’Aura Blockchain rendra les produits plus traçables, plus transparents et fournira un certificat de garantie crypté aux clients, leur permettant de savoir facilement si le produit qu’ils achètent est une contrefaçon ou un produit réel et certifié. Le trio espère que d’autres marques de luxe rejoindront le consortium et adopteront la solution blockchain.

Tags:

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

News sur les altcoins

Désinscrire à tout moment

Après vous être inscrit, vous pourrez également recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tiers. Consultez notre politique de confidentialité ici.