Rotterdam: Un tribunal condamne des blanchisseurs d’argent néerlandais du darkweb

Le tribunal de district de Rotterdam a fait confisquer 2 532 BTC et 250 000 € (295 256 $) à un couple

Vue de Rotterdam aux Pays-Bas
Les forces de l’ordre ont révélé que le couple a fait du blanchiment d’argent depuis plus de 2 ans

Le tribunal de Rotterdam, aux Pays-Bas, a condamné un couple de blanchisseurs d’argent sur des plateformes du darkweb. Le tribunal a pu saisir 2 532 BTC (environ 29 millions de dollars) auprès du couple, qui provenait de la ville de Hilversum.

L’homme et sa femme ont été condamnés à deux ans et deux ans et demi de prison respectivement pour blanchiment d’argent. Les deux suspects ont également été condamnés à des amendes individuelles de 45 000 euros (53 137 dollars) et ont été poussés à abandonner 138 000 euros (162 955 dollars) et 40 000 dollars.

Le ministère public néerlandais a poursuivi avec succès le couple au motif qu’ils avaient blanchi plus de 16 millions d’euros (18,9 millions de dollars) en deux ans et demi après avoir établi que l’origine d’une grande quantité de BTC en leur possession provenait de transactions douteuses sur Internet (darkweb).

« Les traders de Hilversum ont acheté des Bitcoins pour des millions d’euros en espèces à des particuliers et des entreprises. Le trade de BTC n’était pas connu des autorités fiscales » a déclaré le tribunal.

La déclaration du tribunal explique comment deux montants distincts de 1 488 BTC et 1 044 BTC ont été saisis chez le suspect, ainsi que 250 000 euros (295 256 $) en espèces. Le tribunal a ajouté que le couple avait acheté des Bitcoins afin de pouvoir échanger d’importantes sommes d’euros en espèces auprès de particuliers et d’entreprises. Ces transactions n’avaient pas été divulguées aux autorités néerlandaises et elles ont été effectuées à l’aide de méthodes qui permettaient de garder l’anonymat de leurs clients.

« Les traders ne demandaient pas de papiers d’identité à leurs clients, alors que des sommes importantes étaient souvent échangées. Les suspects, un homme et sa femme, sont entrés en contact avec des clients par le biais de publicités sur Internet et d’un marché sur le darkweb. Une grande partie des Bitcoins trafiqués portait des traces du darkweb » raconte le journal.

Le tribunal a expliqué que ces échanges se faisaient généralement dans un certain fast-food d’une grande ville, sans aucun contrôle préalable ni processus de KYC. Cela donne généralement aux criminels du darkweb un avantage significatif, car ils ont la possibilité d’échanger leurs Bitcoins contre des devises étrangères sans avoir à passer par les contrôles habituels que les crypto-bourses traditionnelles mettent en place.

Enfin, le tribunal a décidé que les Bitcoins acquis par le couple avaient des traces d’activité sur le darkweb. La crypto-monnaie a été largement liée à des activités criminelles telles que la pornographie enfantine et les meurtres à la chaîne et les autorités l’utilisent souvent pour traquer ces marchés clandestins.