Rumeurs selon lesquelles la Royal Bank considérerait le Crypto Trading

Plusieurs rapports ont fait surface en indiquant que la Banque Royale du Canada considère le lancement d’une exchange de crypto-monnaie. Il s’agit d’un tournant radical comparé à l’interdiction d’acheter du Bitcoin mis en place il y a quelques années, mais qui pourrait aussi être interprété comme une réforme franche en ce qui concerne la position des institutions canadiennes dans l’investissement de Bitcoin.

Ces rapports ont plus tard été réfutés par un porte parole de la BRC qui a dit qu’il s’agissait seulement de brevets exploratoires. Selon ses mots:

“Même si la BRC ne commente jamais sur de la R&D interne en cours, nous pouvons confirmer que ces dépôts de brevets ne viennent pas soutenir des travaux autour d’une exchange de crypto-monnaies pour des clients”.

Un bon nombre d’autres banques nord américaine ont déposé des brevets dans le milieu de la blockchain et de la crypto-monnaie, mais dans ce cas, il semble que des personnes regardent le sujet de trop près. De plus, d’autres rapports suggèrent que la banque centrale canadienne aimerait adopter une crypto-monnaie ou une sorte de monnaie digitale afin de traquer les habitudes de consommation des consommateurs.

S’agissant de la banque avec la plus grosse capitalisation de marché au Canada, et d’une institution possédant une très forte réputation, cette nouvelle aurait pu être extrêmement positive si la BRC avait en effet décider d’avancer sur le sujet d’une exchange de crypto-monnaie. Cependant, un contre argument intéressant vient d’être présenté. 

Les institutions et la crypto ne se mélangent pas

Beaucoup penseraient que ce type d’intérêt institutionnel serait une bonne chose, mais d’autres le voit comme la possibilité de voir une potentielle censure mise en place. Bitcoin est devenu disponible dans la plupart des pays sans aucune participation d’institutions majeures, et l’idée de les voir devenir des intermédiaires pouvant surveiller le trading de crypto-monnaie apparaît comme une situation très dangereuse.

Lors d’une conférence organisée par Cointelegraph, Dr. Pavel Kravchenko a commenté sur le fait qu’une interdiction totale et à grande échelle par les gouvernements amènerait à un prix supérieur comparé à une adoption institutionnelle du Bitcoin. Cela peut sembler paradoxal, mais cela offrirait au contraire à Bitcoin une chance de prouver qu’il est une réserve de valeur qui ne dépend pas des institutions pour fonctionner.

La position deProtonMail sur la crypto

Il y a d’autres moyens pour des business d’avancer avec de la crypto sans ouvrir une exchange de crypto-monnaie. Par exemple, ProtonMail, un service de courrier électronique suisse réputé pour son haut degré de confidentialité, a récemment révélé qu’il n’a vendu aucun des Bitcoin qu’il a reçu comme moyen de paiement.

En tant que service d’emails orienté sur la confidentialité qui est censé offrir une alternative (payante) à Gmail, ProtonMail offre l’option de payer en crypto afin de rester privé et introuvable. Un client avait tweeté en disant qu’il se sentait coupable de payer en Bitcoin, car il avait l’impression de manquer aux principes de “HODL”. En réponse, le compte Tweeter a répondu en disant que l’entreprise n’avait pas revenu de Bitcoin durant des années.  

ProtonMail avait en effet considéré une ICO dans le passé, mais a finalement laissé tomber l’idée. A la place, ils avaient reçus presque 200 BTC de donations dans leur portefeuille et avaient laissé les utilisateurs payer pour un service premium en BTC (même si ce ce saute pas aux yeux sur la page de renvoi).

FOREX.com
LonghornFX
CEX.IO
Marge de négociation
Conformité légale
jalonnement crypto-monnaie
Commencez à trader