Thaïlande : Les crypto-comptes bancaires sont visés par une enquête nationale sur la drogue

Le gouvernement de « l’autoroute de la méthamphétamine » d’Asie du Sud-Est a réprimé le flux de drogues dans le pays

Bangkok, Thaïlande
Les autorités estiment que les barons de la méthamphétamine en Asie gagnent plus de 30 à 60 milliards de dollars par an et sont l’un des plus gros producteurs au monde

La Thaïlande, connue comme « l’autoroute de la méthamphétamine » de l’Asie du Sud-Est, fait passer les drogues des laboratoires éloignés du Myanmar par la frontière pour le marché local, ou à l’étranger, jusqu’en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Japon.

Le prix de la drogue a chuté, car les laboratoires donnent la priorité à la production de yaba, de minuscules pilules roses ou vertes caféinées prises par les camionneurs et les clubbers, ainsi que de la méthamphétamine en cristaux, plus coûteuse et très addictive, connue sous le nom de « ice ».

Des millions de personnes sont dépendantes de la drogue dans le pays, les prisons étant remplies de petits dealers et de toxicomanes. Cependant, les barons de la drogue eux-mêmes sont cachés par un réseau complexe d’intermédiaires et de systèmes de blanchiment d’argent.

Les autorités ont annoncé qu’elles allaient encore plus loin en ciblant l’argent de la drogue qui transite par les banques, les entreprises de construction et les comptes en crypto-monnaies thaïlandais.

Le ministre de la Justice, Somsak Thepsuthin, a informé cette semaine les journalistes que le gouvernement avait découvert un flux irrégulier dans les banques qui s’élevait à 170 milliards de baht (5,4 milliards de dollars).

Bien que tous les fonds ne proviennent pas de l’argent de la drogue, le ministre a déclaré : « nous sommes convaincus qu’il y a au moins 12 milliards de baht (388 millions de dollars d’actifs) liés à la drogue). L’argent de la drogue est transformé en or, en panneaux, en tiges d’acier et en pétrole ».

La répression de la Thaïlande contre le trafic de drogue a permis de dévoiler récemment une série de réseaux qui achetaient du pétrole avec les profits de la drogue et le trafiquaient sur les marchés internationaux. Ces réseaux ont également transformé l’argent sale en matériaux de construction à vendre, tels que des tuyaux en acier, des toitures et des machines.

Une femme thaïlandaise du nom de Daoreung Somseang dirigerait le groupe principal. Elle est déjà en détention dans une prison de Bangkok pour des délits de trafic. La police affirme qu’elle dirigeait toujours un empire de la drogue qui s’étendait à tout le pays avec des boutiques d’or et des entreprises de construction, utilisant 113 comptes pour blanchir plus de 100 millions de dollars en espèces.

Le lieutenant général Wissanu Prasarttong-Osoth, assistant du chef de la police thaïlandaise, estime qu’il y a une chance que ces réseaux de drogue gagnent encore plus : « il est impossible de deviner le montant réel que ces réseaux de drogue gagnent » a déclaré Prasarttong-Osoth.

La capacité et la flexibilité de Daoreung en matière de blanchiment d’argent montrent « l’ampleur et la sophistication des réseaux » a déclaré Jeremy Douglas de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime.

« Celui-ci n’est même pas un super-syndicat… il est de taille moyenne mais il déplace toujours un volume massif d’argent » a souligné Douglas.

Traduit par Carolane de Palmas

Bittrex
L'un des plus grands échanges de crypto-monnaie
Volume élevé sur toutes les paires
Parfait pour les grands et petits acheteurs / vendeurs
Commencez à trader