Un chanteur pop russe réalise le premier transfert de droits numériques sur blockchain

Oleg Kenzov, un chanteur pop russe, a réalisé avec succès le tout premier transfert de droits numériques au monde d’une chanson qu’il avait composée en utilisant une plateforme blockchain soutenue par le gouvernement russe.

Fans at a concert in Russia
Il semble qu’il y ait un intérêt croissant pour les crypto-monnaies parmi les amateurs de musique dans le pays.

vc.ru, une publication en ligne, a rapporté, que le studio Soyuz avait conclu un accord de licence avec le service musical FONMIX pour distribuer « Po Kaifu » aux magasins, restaurants et salles de sport qui prévoient de l’utiliser à des fins de marketing.

Le transfert des droits a été entièrement réalisé sur la blockchain, en présence de plusieurs leaders de l’industrie musicale de premier plan, issus de grandes maisons de disques et de labels comme Sony Music, Warner Music Russia, Zhara Music Label, Universal Music et d’autres.

Les sociétés musicales espèrent que cette nouvelle technologie permettra de rationaliser la distribution des créations musicales des artistes locaux en facilitant le transfert des droits numériques pour toutes les parties concernées.

Grâce à la plateforme qui sert d’intermédiaire, les artistes reçoivent leurs paiements instantanément et l’ensemble du processus de transfert des droits numériques est terminé en moins de dix minutes.

« La plateforme d’échange numérique IPEX ouvre de nouvelles possibilités pour la circulation de tous les types et formes d’objets de la créativité des entreprises et des individus. La plateforme permet aux créateurs, propriétaires et utilisateurs de propriété intellectuelle (PI) d’interagir directement, sans intermédiaire et de n’importe où dans le monde, afin qu’ils puissent utiliser et monétiser efficacement le contenu original » explique l’article de vc.ru.

IPChain, une plateforme blockchain offre des outils de gestion des contenus réalisés par les musiciens au fur et à mesure de leur diffusion dans le monde. Elle tient également compte des nuances dans la législation des différents pays et des restrictions géographiques imposées par les labels de disques.

Le président de l’association IPChain, Andrey Krichevsky, a fait remarquer que ce qu’ils ont accompli « n’a pas de précédent ».

« Mais l’industrie de la musique est extrêmement pragmatique à cet égard. Par conséquent, la blockchain est restée longtemps un outil intéressant, mais pas très clair. Maintenant, nous sommes enfin prêts à donner une réponse concrète à la question de nos collègues : Pourquoi ? »

eMusic, un magasin de musique numérique, a mené une enquête en juillet de cette année. Les résultats ont révélé que la plupart des utilisateurs étaient prêts à payer avec des crypto-monnaies si cela signifiait que les artistes gagneraient plus.

Alors que l’étude a montré que 65 % des clients d’eMusic utiliseraient les crypto-monnaies pour cette raison, les résultats de l’enquête semblent indiquer que l’adoption des crypto-monnaies est lente, avec seulement 8 % des personnes interrogées déclarant avoir utilisé Bitcoin (BTC) ou toute autre crypto-monnaies dans le passé.

Traduit par Carolane de Palmas

FOREX.com
CEX.IO
Bittrex
L'un des plus grands échanges de crypto-monnaie
Volume élevé sur toutes les paires
Parfait pour les grands et petits acheteurs / vendeurs
Commencez à trader