Une blockchain pour permettre le tourisme entre la Chine et Macao

Le système opérant sur la blockchain permet de partager des données médicales cryptées entre les autorités sanitaires tout en protégeant la vie privée

Image de la ligne d'horizon de Macao la nuit
À ce jour, plus de 17 millions de personnes sont passées par la douane entre Macao et la Chine continentale

Le Macau blockchain health code est un système de code sanitaire basé sur une blockchain, mis en place par le Fonds du département des sciences et des technologies de Macao (FDCT) et les Serviços de Saúde de Macao (SSM) en mai dernier pour aider à lutter contre la pandémie.

Il s’appuie sur la plateforme blockchain à code source libre chinoise FISCO BCOS et WeIdentity de WeBank et fournit un laissez-passer électronique pour l’accès aux lieux publics en vérifiant les informations sanitaires de différentes organisations.

Le système de reconnaissance mutuelle entre le code de santé blockchain de Macao et le code de santé de Guangdong signifie que depuis le 23 septembre, les touristes chinois peuvent faire vérifier leur état de santé et obtenir des visas visiteur, ce qui permet la reprise du tourisme entre Macao et la Chine continentale.

Il ne faut que 100 secondes pour générer un code de santé du voyageur pour la première fois, et seulement trois secondes les fois suivantes. Jusqu’à présent, plus de 17 millions de personnes ont utilisé le système blockchain pour voyager entre la Chine et Macao.

Cette technologie résout le problème du partage des données entre les juridictions tout en respectant les réglementations en matière de sécurité de l’information et de protection de la vie privée en Chine et à Macao, en cryptant les identifiants et les données de santé personnelles en certificats numériques vérifiables qui peuvent ensuite être comparés avec les certificats numériques correspondants enregistrés sur la blockchain.

Ce n’est pas la première fois qu’une technologie blockchain est utilisée pour combattre la pandémie. VeChain a annoncé en juin dernier qu’ils avaient collaboré avec DNV GL pour publier My Care, une solution de gestion des risques d’infection par blockchain pour les entreprises, qui permet de suivre la compliance sanitaire tout au long de la chaîne d’approvisionnement grâce à la plateforme Toolchain. Viking Line et ArcelorMittal ont déjà adopté My Care.

Par ailleurs, IBM Watson Health a lancé l’IBM Digital Health Pass, une plateforme fonctionnant sur la blockchain qui combine des sources de données, telles que les résultats de tests et les analyses de température, pour permettre aux utilisateurs de stocker et de partager leur état de santé depuis leur téléphone portable.

Alors que les gouvernements du monde entier cherchent des moyens de lever les mesures de confinements et de relancer l’économie, la technologie de la blockchain pourraient être la solution qui permet de trouver le juste équilibre entre réduction des risques et protection de la vie privée.

Traduit par Carolane de palmas