Home > News > Une blockchain résistante aux ordinateurs quantiques se développe

Une blockchain résistante aux ordinateurs quantiques se développe

IDB Lab, Cambridge Quantum et Tecnológico de Monterrey ont construit une couche cryptographique à l’épreuve des ordinateurs quantiques sur LACChain

Les acteurs de l’industrie de la blockchain parlent depuis un moment de l’effet que les ordinateurs quantiques pourraient avoir sur le secteur. Il s’agit de machines qui effectuent des calculs grâce à l’utilisation de propriétés physiques quantiques.

Alors que les ordinateurs traditionnels utilisent des « bits » binaires pour coder les informations, les ordinateurs quantiques utilisent des bits quantiques (qubits), qui peuvent représenter plusieurs choses différentes en même temps. 

Cela signifie que les ordinateurs quantiques peuvent évaluer un très grand nombre de possibilités simultanément, ce qui les rend bien adaptés au décryptage. En fait, CNBC a suggéré que les ordinateurs quantiques pourraient être capables de pirater les portefeuilles de crypto-monnaies d’ici une décennie.

Mais les choses ne sont peut-être pas aussi sombres qu’elles le paraissent pour le monde des crypto-monnaies. Hier, Cambridge Quantum, IDB Lab et Tecnológico de Monterrey ont annoncé qu’ils travaillaient sur une technologie blockchain qui résisterait à l’informatique quantique.

La dépendance des blockchains à la cryptographie et aux clés pourrait les laisser ouvertes à la possibilité d’un piratage quantique et les chercheurs ont noté quatre domaines de menace potentielle, tels que l’intégrité des transactions et la communication entre les nœuds du réseau.

Salvador E. Venegas-Andraca, du Tecnológico de Monterrey, a expliqué : « Si certains algorithmes quantiques permettent de violer les protocoles de sécurité numérique, heureusement, nous en avons aussi d’autres que nous pouvons utiliser pour renforcer nos capacités de protection des données ».

L’équipe s’est appuyée sur le réseau blockchain LACChain Besu basé sur l’Ethereum, qui est déjà utilisé par plus de 50 entités et a été créé par IDB Lab.

L’équipe a développé une couche cryptographique pour défendre les blockchains contre les attaques des ordinateurs quantiques. Pour ce faire, elle a exploité la plateforme IronBridge de Cambridge Quantum pour générer des clés à l’épreuve de l’informatique quantique, capables de protéger les transactions et les communications.

La directrice générale d’IDB Lab, Irene Arias Hofman, a déclaré que « dans l’ère numérique dans laquelle nous nous trouvons, nous avons à notre disposition différentes technologies émergentes capables de résoudre des problèmes sociaux, et dans la mesure où nous sommes capables de les combiner, nous obtiendrons un impact exponentiel. Dans le cas présent, les connaissances de l’équipe de l’IDB, ainsi que du CQ et du TEC, en matière de technologies quantiques et de blockchain, ont permis de franchir une étape fondamentale pour garantir l’intégrité future de LACChain ».

Nous utilisons des cookies pour personnaliser notre contenu et nos publicités, fournir des fonctionnalités pour les médias sociaux et vous offrir une meilleure expérience. En continuant à naviguer sur le site ou en cliquant sur “OK, merci”, vous consentez à l’utilisation de cookies sur ce site.