US : Les géants de l’agriculture créent une blockchain pour les céréales

Deux entreprises ont décidé de commencer des essais au Brésil pour partager des informations afin de rendre les chaînes d’approvisionnement plus efficaces

Image d'un champ de céréales
Les céréales jouent un rôle important dans la satisfaction des besoins alimentaires de nombreuses cultures

Bunge et Cargill – les plus grandes entreprises de céréales et d’oléagineux au monde – ont décidé de collaborer à la création de Covantis – une entreprise commune qui exploitera la puissance de la technologie blockchain dans le secteur agricole brésilien.

Le projet, qui travaillera sur l’échange d’informations entre tous les membres de Covantis, inclura la participation d’autres géants de l’agroalimentaire tels que Cofco International (une entreprise publique chinoise), la société française Louis Dreyfus (LDC) et la multinationale néerlandaise Glencore Agriculture.

Ce groupe d’entreprises est responsable du transport de plus de 550 millions de tonnes de céréales et d’oléagineux par an. L’objectif du partenariat entre Bunge et Cargill est de rassembler les données du secteur et de faciliter la communication entre tous les participants. Cela devrait permettre d’améliorer les processus logistiques dans les ports grâce à la technologie blockchain et la plateforme officielle pourrait être lancée dès l’année prochaine.

PDG de Covantis, Petya Sechanova, a déclaré que l’entreprise « devrait devenir le leader des opérations dans notre secteur et sera en mesure de rationaliser les processus, de les moderniser et de les numériser ».

Sechanova a expliqué que la société avait choisi le Brésil en raison de la complexité du marché. Selon elle, le pays connaît régulièrement des « ventes en chaîne » ou « string sales », dans lesquelles des dizaines d’intermédiaires doivent travailler ensemble pour que les envois passent, même si seuls les acheteurs finaux et les expéditeurs de bout en bout ont un contact réel avec l’envoi physique.

Le directeur du Comité des contrats de l’Association nationale des exportateurs de céréales (Anec), Marcos Amorim, a expliqué qu’il s’agissait d’un processus complexe et lourd.

« Imaginez que chaque envoi comporte à la fois un contrat d’achat et un contrat de vente, qu’il soit accompagné de certificats phytosanitaires et d’une série d’autres documents exigés par les différents pays. Et que les navires forment des lignes et doivent avoir un certain taux de chargement. Cela intensifie considérablement l’opération au port et le retard à toute extrémité implique des pertes pour l’ensemble de la chaîne ».

L’objectif de Covantis est de rationaliser ce flux de travail grâce à la technologie blockchain, qui permettra de diriger le flux d’informations, de prévenir la fraude et de garantir la sécurité des données partagées.

Sechanova a révélé qu’à long-terme, Covantis espère rassembler progressivement toutes les expéditions en vrac de céréales et d’oléagineux de ses sociétés fondatrices dans le monde. Une fois qu’elles seront établies au Brésil, Covantis vise l’Argentine et les États-Unis.

Traduit par Carolane de Palmas

FOREX.com
LonghornFX
CEX.IO
Marge de négociation
Conformité légale
jalonnement crypto-monnaie
Commencez à trader